Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insolites > les chats et les olives

les chats et les olives

par cguillon, le 25/09/2012 à 09:52 - 1472 visites

bonjour,
en discutant avec des amis, nous nous sommes rendus compte que nos chats respectifs étaient tous fous de l'odeur de l'olive et du bois d'olivier, au point de lécher les couverts à salade en bois d'olivier, par exemple. Cela semble être assez général, si j'en crois ce que j'ai vu sur des forums sur internet. j'aurai aimé savoir pourquoi.
Merci d'avance,
Christophe

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 25/09/2012 à 17:32

Bonjour,

Tout comme la plupart des êtres humains ont tendance à aimer l'odeur du pain chaud, d'un bébé propre, ou de la rose, les chats ont également leurs préférences. Comme vous le citiez justement, le bois d'olivier est particulièrement apprécié au même titre que l'eau de javel ou que l'herbe à chat :

Le chat est très sélectif et précautionneux. L’olfaction est LE facteur clé qui conditionne l’appétence d’un aliment. Une anosmie entraîne l’arrêt de la consommation alimentaire et cette anorexie dure aussi longtemps que le chat ne retrouve pas son odorat (May, 1987). Le renouvellement de la muqueuse olfactive et le retour de l’appétit demandent 4 à 5 jours.
L’éventail d’odeurs perçues par le chat est large mais certaines sont particulièrement attractives pour lui:
- origine minérale : eau de javel
- origine végétale : herbe à chat, bois d’olivier, valériane, asperge, menthe, papyrus, clou de girofle,
mimosa
- origine animale : phéromones (bien qu’elles n’aient aucune signification avec la nourriture, mais uniquement une signification territoriale ou sexuelle), foie, viande, viscères, etc.

Une capacité à détecter un composé particulier ne signifie pas que l’odeur associée soit préférée et aucune donnée n’existe sur les variabilités individuelles. Certaines odeurs inhabituelles ou l’émission de phéromones entraînent un comportement spécifique, appelé réaction de Flehmen, pendant laquelle le chat retrousse sa lèvre supérieure et inspire l’air à travers l’organe voméro-nasal (organe de Jacobson) situé dans le palais dur.
Les fabricants d’aliments pour animaux travaillent bien sûr beaucoup sur les composés volatils capables de séduire à la fois les chats (lorsqu’ils approchent de leur bol) et les propriétaires (lorsqu’ils ouvrent le sac de croquettes). Mais ce domaine de recherches reste très confidentiel et encore peu publié.

source : Encyclopédie de la nutrition clinique féline

Ces odeurs lui procurent une véritable sensation de plaisir, comme l'indique l'Encyclopédie du chat de Candida Frith-Macdonald, qui revient sur les différentes fonctions de l'odorat chez le chat.

Un chat utilise l'odorat dès sa naissance. Les tétines de la mère sont localisées à l'odeur et le chaton peut toujours retrouver le chemin le menant à la même tétine. L'odeur suffit à lui signaler si la mère est présente et, dès qu'il s'éloigne du nid, c'est avec l'odorat qu'il retouve son chemin.
L'odorat est un sens viral qui aide le chat à trouver ses proies dans la nature, et à reprérer les pistes souvent empruntées par les petits mammifères. L'odorat prend toute son importance dans les préférences alimentaires que manifestent les chats. Lorsque ces derniers refusent un aliment, c'est plus son odeur que son goût qui explique son rejet. L'odorat est vital dans le marquage territorial, et dans l'attirance et le choix d'un partenaire. Les odeurs laissées par le chat sont extrêmement précises et renseignent ses congénères sur son âge, son genre et son statut sexuel.
Les chats utilisent aussi leur odorat pour trouver du plaisir, notamment en reniflant l'herbe à chat, plus précisément la népétalactone, retrouvée dans de nombreuses autres plantes du genre Nepeta. L'odeur de ses feuilles provoque chez les chats (pas chez les chatons) un état euphorique, sans effets secondaires désagréables. La substance prendrait des voies normalement utilisées par les phéromones du félin ou les odeurs sexuelles.



L'odeur de l'olive et du bois d'olivier procure très certainement les mêmes effets euphorisants que l'herbe à chat.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact