Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insolites > Déjections canines

Déjections canines

par André Gromier, le 14/01/2013 à 11:47 - 2329 visites

Mesdames, Messieurs,

Préambule
Ce problème très souvent traité n’a jamais été réglé. Il est dans certains quartiers de Lyon: malsain, dangereux et donne des lyonnais une image de gens sales et égoïstes. A noter que pour moi Paris est globalement moins sale que Lyon.

Exposé du problème - Comparaison avec un cas bien traité
Le problème n’est pas dans le nettoyage mais dans la non salissure et donc dans l’éducation des maîtres.
Observons comment le nombre des accidents de la route a été diminué: en attaquant au porte-monnaie. Même quand leur vie était en danger les conducteurs prenaient des risques, à partir du moment ou danger = monnaie (radars) le nombre d’accidents a baissé.
Pour les déjections canines il faut faire de même: toucher au porte-monnaie.

Solution proposée:
Examinons l’organisation suivante.
On remonte au propriétaire du chien par son ADN à partir de la déjection canine.
Sur un périmètre déterminé les ADN des chiens «résidents» sont collectés (par les vétérinaires soignant les chiens par exemple) et l’on établira la liste des chiens avec en regard leur ADN.
Des employés municipaux formés feront des prélèvements envoyés à un Laboratoire ad hoc.
La contravention sera adressée au propriétaire du chien avec les mêmes procédures que celles correspondantes aux infractions au code de la route.
Evidemment il conviendra de faire examiner ce processus par un juriste et éventuellement modifier et/ou adapter lois et règlements.

Question
Quel pourrait être très approximativement le coût de l’analyse ADN ?
S’il est très élevé bien sûr l’application de cette méthode sera difficile.

Commentaires
Il y a plusieurs années ce processus a été expérimenté en Allemagne puis abandonné.
Savez-vous pourquoi et quelle est la situation actuelle ?

D’avance merci pour vos réponses.

André Gromier

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 14/01/2013 à 15:14

Bonjour,

Comme le précise une dépêche de l'AFP, Des tests ADN pour balayer les crottes de chiens (Libération, 3 mars 2009) un député allemand, Peter Stein élu de l’Union chrétienne-démocrate de la chancelière Angela Merkel avait effectivement proposé d’utiliser des tests ADN pour identifier les chiens dont les crottes jonchent les trottoirs des villes et retrouver leur propriétaire. Il proposait de répertorier l’ADN des chiens et l’identité de leurs propriétaires dans un fichier, qui pourrait être consulté par la police pour retrouver l’origine d’une déjection.

Or cette proposition ne semble pas avoir été retenue et donc expérimentée, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elle n’est pas appliquée dans d’autres pays.

En effet, dans un article du 13 juin 2012, Un fichage génétique pour tracer... les crottes de chien, Agnès Rousseaux rapporte que la municipalité de Jérusalem vient d’annoncer la création d’un fichier génétique des chiens, pour lutter contre les déjections qui souillent les trottoirs de la cité. Ce fichage devrait permettre de remonter de la crotte au chien, puis du chien aux propriétaires qui ne remplissent pas leurs obligations.
Une étude a été lancée pour étudier la faisabilité de ce projet. Les propriétaires des 11 000 chiens de la ville seront ensuite convoqués chez les vétérinaires pour un prélèvement de salive de leur animal de compagnie. Reste à savoir quel sort sera réservé aux chiens non fichés, touristes ou ayant fait le mur : seront-ils soumis au prélèvement de salive ou interdits de séjour ? Un test génétique coûte environ 150 shekels (31 euros) selon le quotidien Haaretz, et l’amende sera de 750 shekels (154 euros). Le test d’excrément pourrait être un moyen rapide et efficace de renflouer les caisses des collectivités locales. On se demande pourquoi Claude Guéant, le roi du fichage, n’y avait pas pensé !
La preuve par la crotte de chien existe déjà aux États-Unis. Une entreprise spécialisée, PooPrints, vend cette solution miracle aux propriétaires d’immeuble et de résidence, pour « prévenir à la source les problèmes de déjections canines » (sic). L’échantillon de salive canine fait partie du contrat de location, et vient alimenter le fichier génétique de la résidence. Résultat : une réduction presque immédiate de 75 % de la pollution canine sur la propriété, promet l’entreprise. Dans le Minnesota, certains propriétaires sévissent : après une deuxième condamnation par les experts génétiques de la déjection canine, l’animal incriminé n’a plus le droit de vivre dans le périmètre concerné
.

Pour autant l’utilisation de l’ADN a un coût et n’est employée en France que dans certaines enquêtes policières. Au-delà du seul problème technique nécessitant des compétences spécifiques, Vianney Dyevre rappelle que la technique s’appuie sur le kit FTA (Fast Technology for Analysis). Ce kit, largement diffusé dans les unités de la Police et de la Gendarmerie nationales, contient dans une pochette stérile les différents éléments (sucettes stériles, papier cellulosique permettant de déposer les cellules des muqueuses internes des joues « raclées » à l’aide de cette sucette, enveloppe de scellés, bande auto-scellante, gants, masques, nappe en papier stérile) indispensables pour effectuer un prélèvement « normalisé » d’une quantité suffisante de cellules qui sera ensuite traitée de manière automatisée en laboratoire en vue de l’extraction du profil génétique et de sa transmission pour intégration ou comparaison au FNAEG. À titre indicatif, le prix unitaire d’un kit FTA est d’environ 9 euros et le prix d’une extraction de profil dans ces conditions avoisine les 30 euros.
Source : Vianney Dyevre « Génétique et enquêtes policières », Les Tribunes de la santé 4/2007 (n° 17), p. 79-86.
http://www.cairn.info/revue-les-tribune ... age-79.htm (article consultable à partir de la base de données cairn, disponible dans les bibliothèques du réseau BML)

On peut dès lors se demander quelles solutions pourraient-être envisagées ?

En France cette question n'est pas nouvelle et divers dispositifs ont été testés. En effet, Des moto-crottes ont été créées dans les années 1990 à Paris pour ramasser les déjections canines, en plus d'espaces dédiés. De nombreuses campagnes de communication tentent d'avertir les propriétaires des problèmes provoqués par leurs chiens. De nombreuses villes ont mis en place des systèmes de distribution de sacs en plastique, nommés Toutounet, obligeant les propriétaires à ramasser les déjections de leurs animaux et punissent d'amendes ceux qui ne se plient pas à l'obligation.
Source : anipassion.com

Et ailleurs, me direz-vous ?
Un artiste américain, Matthew Mazotta, a eu l’idée d’utiliser leurs productions en les transformant en gaz pour alimenter le réverbère d’un parc de Cambridge (Massachusetts). Idée pas tout à fait originale d’ailleurs, car il l’a rapportée d’Inde où il avait observé que certaines personnes utilisaient les excréments pour produire le gaz nécessaire à la cuisine.
Il a donc mis en place au pied d’un réverbère un réservoir métallique solide où les maîtres bien éduqués, à défaut des chiens, viennent déposer, après l’avoir ramassée, l’obole de leur toutou à la lumière publique. Des bactéries se chargent ensuite de produire du méthane, qui sera brûlé dans le bec de gaz. L’inventeur a toutefois ajouté plusieurs dispositifs de sécurité au réservoir, pour éviter l’accumulation de gaz dangereux
.
Source : ecoco2.com

En outre, comme l’explique Isabelle Castéra dans Sud Ouest (1 décembre 2011, « Une ville qui a du chien ! ») il existait en France jusqu’en 1959 un impôt sur les chiens qui a depuis été supprimé. Or comme le mentionne cette journaliste, cet impôt existe encore en Suisse ou en Allemagne. À Berlin, si l'on possède un chien il faut payer 120 euros par an, une taxe régressive, selon la situation sociale du propriétaire. Du coup, il y a trois fois plus de chiens en France qu'en Allemagne.

Pour finir, l’éducation pourrait être envisagée comme une solution. Mais il faudrait qu’elle commence très jeune et cela tombe bien puisque le chien Toutou Rista qui mange de la pâte à modeler et la rejette par son popotin a reçu le grand prix du jouet 2011 dans la catégorie enfant.

Ce jeu qui, selon l'article de Florence Deguen (« Au secours, mon enfant veut un jouet de mauvais goût », Le Parisien, mercredi 23 novembre 2011 ; voir également l'article « Poupées vampires et crottes de chien », 24 heures, mardi 20 septembre 2011) fait fureur en Allemagne et aux Pays-Bas, sert déjà de support éducatif dans certaines villes.

Vous voici donc armé pour proposer de nouvelles solutions lors du prochain conseil de quartier avec vos élus qui, nous n’en doutons pas, s'en réjouiront !!


Image
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact