Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - La poule, une tête bien faite

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insolites > La poule, une tête bien faite

La poule, une tête bien faite

par LeGrill, le 18/10/2013 à 14:15 - 2207 visites

Bonjour Le Guichet du savoir.

Pouvez-vous nous expliquer comment et pourquoi la poule peut-elle garder sa tête aussi stable. Est-elle le seul animal capable de faire ça?
Voici une vidéo:

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 19/10/2013 à 12:13

Bour,

Et oui, qu'on se le dise, quoi qu'il arrive, la poule garde la tête haute !

La tête des oiseaux est effectivement d'une incroyable stabilité ; c'est le résultat d’un réflexe qui s’appelle le réflexe optocinétique.

Tout est expliqué sur le site Agoravox :

le phénomène est même assez facilement observable dans la démarche du pigeon ou dans le vol du colibri lorsqu’il “butine” une fleur entre autres. A peu près tous les oiseaux peuvent maintenir leur tête à une position quasiment fixe dans l’espace tandis que leur corps se déplace, tout n’est qu’une question de réflexe et de stabilisation du regard. En effet, comme l’explique brièvement la vidéo, il existe des “boucles” d’information (feedback loops en shakespearien) entre les organes sensoriels et le cerveau. Dans notre exemple, l’information provient d’au moins deux sources : d’une part les yeux qui regardent un point fixe (en l’occurrence la caméra) et renseignent sur la position de la tête par rapport à ce qui est regardé, d’autre part le système vestibulaire de l’oreille interne, qui renseigne sur son orientation dans l’espace.

Voici donc ce qui se passe : Lorsque le Gugusse en T-shirt blanc déplace le corps du poulet, la tête (puisqu’en toute logique, elle y est rattachée) est tentée de suivre le mouvement. Cependant, à peine le déplacement est-il entamé que les informations (visuelles et vestibulaires) parviennent au cerveau qui analyse tout ça et décide qu’il vaut mieux garder la tête bien cadrée au milieu du champ de la caméra (dans sa vie, chacun à le droit à 15 minutes de gloire, ce serait bête de les passer la tête à l’envers). Ainsi, il va ordonner aux muscles (du cou notamment) d’effectuer des “mouvements compensatoires” qui, comme leur nom l’indique, vont compenser le déplacement du corps pour que la tête reste fixe dans l’espace. Il s’agit d’une “feedback loop” car les yeux et l’oreille interne permettent de vérifier que le mouvement compensatoire a bien eu lieu, et continuent d’envoyer des informations pour corriger en direct la position si le mouvement du corps se poursuit. Etonnant non ?

Eh bien non, pas tant que ça. En réalité, nous, pauvres primates, sommes également capables de stabiliser notre regard, et cela par deux moyens : Le réflexe optocinétique (partant d’informations visuelles) et le réflexe vestibulo-occulaire (partant d’informations vestibulaires). Qu’est-ce que cela ? Vous pouvez faire l’expérience vous même. Mettez vous face à un miroir et regardez vous droit dans les yeux, puis, tournez la tête d’un côté, de l’autre, en bas et en haut (vous pouvez également faire des cercles ou tout autre mouvement ridicule, du moment que votre regard reste fixé sur vos pupilles). Surprise, vos yeux restent face au miroir, votre regard ne dévie pas alors que votre tête elle a énormément bougé (plus difficile à voir mais assez drôle, ça marche aussi quand on hoche la tête, essayez de prendre un point de repère sur votre iris). Si vous avez peur de vous faire un torticolis, vous pouvez toujours essayer sur quelqu’un d’autre ou regarder cette vidéo. Ce réflexe est bien pratique pour lire (car votre tête tremble forcément un petit peu, même au repos) ou pour regarder quelque chose lorsque vous marchez. Chez le poulet c’est pareil, sauf que lui, il stabilise sa tête entière plutôt que juste ses yeux, ça lui évite de se secouer le cerveau.



Cela nous amène à nous poser l'inévitable question qui vous brulera certainement les lèvres : le poulet appréciera-t-il un petit tour sur le grand huit ?
Arnaud Rafaelian apporte une réponse en image sur StripScience.cafe-sciences.org.

  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact