Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Top 10 > solfège

solfège

par jacque71, le 14/01/2016 à 20:12 - 2327 visites

bonjour
qui a inventé le solfège ?
merci

Réponse du Guichet du savoir

par bml_mus, le 16/01/2016 à 14:00

Réponse du Département Musique


Bonjour,

Tout d'abord une petite définition tirée de l'article wikipédia concernant le solfège.
« Le solfège désigne une méthode d'apprentissage de la musique faite d' exercices de lecture et d'audition musicales. »

Alain Rey dans son dictionnaire historique de la langue française précise le terme ainsi que son étymologie :

« emprunté à l'italien solfeggio dérivé du verbe solfeggiare correspondant au verbe français solfier (provenant de sol fa soit la gamme !). "Solfier signifiant lire la musique en chantant et en nommant les notes » et plus loin encore :
« le mot désigne l'étude des principes élémentaires de la musique et de sa notation et par extension un manuel d'apprentissage comportant des exercices et des morceaux ».
Apprentissage par la notation, soit « le fait de transcrire sur un support les constituants d'une œuvre musicale, afin de conserver celle-ci, de la diffuser et de l'interpréter de manière différée. »


Dans cette acception, liée à la transcription sur une portée et à la lecture des notes dans une gamme déterminée, l'invention du solfège est généralement attribué au moine bénédictin Guido d'Arezzo né en 992 et décédé après 1033 (la date de sa mort reste incertaine).
C'est en effet en "constatant les difficultés éprouvées par les moines à mémoriser exactement le plain-chant (chants liturgiques, grégoriens) qu'il développa une pédagogie musicale, qui jeta les bases de la notation moderne sur portée". Il utilise donc comme "outil" les premières syllabes de l'hymne à Saint Jean-Baptiste (du poète et moine du VIIIeme siècle Paul Diacre) , de Ut à La, pour mémoriser les intervalles entre les notes. Ce qui donne :

Ut queant laxis
resonare fibris
Mira gestorum
famuli tuorum
Solve polluti
labii reatum
Sancte Iohanne


Guy D'Arezzo inscrit ainsi la notation musicale dans l'ère de la solmisation et de la main guidonienne. Pour essayer de définir très brièvement ces termes techniques mais essentiels pour qui souhaite comprendre l’histoire de la transcription musical (occidental), disons que la solmisation qui remplace des syllabes par des lettres, permet de donner à une note une valeur absolue et non plus relative au sein d'un hexacorde, soit un groupe de six sons dans une gamme déterminée et à intervalle (distance qui sépare les sons) fixe. La main guidonienne quand à elle est un moyen mnémotechnique qui utilise la main, les doigts et les phalanges afin de figurer les notes. Afin d'en savoir plus, nous vous conseillons la lecture d'un article éclairant, ici.

Ceci étant, le solfège se conçoit et se développe lentement et tout au long de l'histoire, il ne procède pas que du génie d’invention d’une seule personne.

La notation alphabétique est elle connue depuis l’antiquité et Boèce au VIeme siècle(ap. J.C.) utilise les lettres de l'alphabet pour désigner les notes dont il parlait. De même, la portée a connu des mutations comportant d'abord deux lignes (de couleurs différentes) , elle en est définitivement (?) constituée de cinq à la Renaissance.

Pour creuser la question, vous pouvez également vous reporter à d'autres réponses du guichet du savoir ou consulter des ouvrages tel que l'Histoire de la Musique de Bernard Wodon.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact