Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insolites > Les nains de bons combattants ?

Les nains de bons combattants ?

par rombubu, le 27/05/2016 à 21:10 - 1139 visites

Bonjour,

Les nains décrits par les romans fantastiques tels que ceux de Tolkien , Paolini,...seraient-ils vraiment capable de faire jeu égal avec nous autres humain lors d'un combat ? En effet, même s'ils sont souvent plus fort et de bons forgerons leur petite allonge n'est elle pas un trop gros handicape ?

Merci d'avance.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 30/05/2016 à 12:38

Bonjour,

Le propre d’un univers de fantasy est d’être doté de règles différentes de celles du monde réel, établies par leur créateur… qui n’a pour limites que celles de son imagination.
Imaginer des nains capables de vaincre des hommes ou des elfes en combat singulier ne nous paraît pas bien difficile si l’on est prêt à accepter comme plausible un monde où se baladent des dragons cracheurs de feu, des araignées géantes et des trolls amateurs de bonne cuisine. Il s’agit d’un pacte implicite conclu entre l’auteur et son lecteur : ce que la narration établit comme véridique, le lecteur l’accepte comme tel.
Dans l’univers de Tolkien, pour garder cet exemple, les nains de la Terre du Milieu sont un peuple aussi distinct des humains que les elfes. Ils sont décrits comme fiers, rancuniers et tenaces, forts, endurants, résistants à la douleur et à la faim : toutes ces qualités, aussi bien mentales que physiques, en font des combattants valeureux. Ils ont une prédilection pour la hache, quoiqu’ils manient aussi l’épée et l’arc.
En revanche, se demander si « dans la réalité », les nains de Tolkiens seraient d’aussi bons combattants n’a guère de sens : ce peuple n’appartient pas plus au monde réel que les elfes ou les orcs…

En outre, les œuvres de fiction regorgent d’exemples où un individu plus petit prend le dessus face à un adversaire imposant : du mythe de David et Goliath à la scène de combat mettant en scène Yoda contre Dooku, cet archétype représente la victoire d’un héros désavantagé, dans un affrontement où il a toutes les chances de perdre. Signe que les apparences peuvent être trompeuses, et ne suffisent pas à mesurer la valeur réelle d’une personne… (et, incidemment, que la force brute seule ne suffit pas à faire un bon combattant).
C’est d’ailleurs tout le destin de Bilbo, puis de son neveu Frodon. Pour citer Tolkien : « Les faibles peuvent tenter cette quête avec autant d’espoir que les forts. Mais il en va souvent de même des actes qui meuvent les roues du monde : de petites mains les accomplissent parce que c’est leur devoir, pendant que les yeux des Grands se portent ailleurs »
Ou pour faire plus simple, citons Galadriel dans le film de Peter Jackson : « même la plus petite personne peut changer le cours de l’avenir »


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact