Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > EROSION COTIERE.

EROSION COTIERE.

par LUDOVICUS, le 17/03/2017 à 17:53 - 1684 visites

Bonjour,
Si on constate, sur le littoral Atlantique tout particulièrement,un recul parfois important du littoral ; terrains gagnés par la mer ou l'océan,surtout à l'occasion d'intempérie importantes, mais pas seulement, que se passe t il sur la Méditerranée ?
J'ai le souvenir, d'avoir appris que lors de son départ en croisade, vers le XIII° siècle, me semble t il, le roi St LOUIS, était parti du port de AIGUES -MORTES, qui donc , à cette époque, devait se trouver au bord de la mer ! or actuellement, Aigues Mortes, n'est plus du tout en bord de mer !
Y aurait il donc là, à priori, un phénomène inverse de ce qui se passe sur la côte Atlantique !!!!
Alors, qu'en pensez vous et qu'en savez vous ? d'avance, merci.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 20/03/2017 à 15:37

Bonjour,

Et non, l'érosion du littoral côtier touche également les rivages de la méditerranée !

" L'érosion du littoral et la submersion marine affectent l'ensemble des côtes à l'échelle mondiale, à des degrés plus ou moins forts. La région Languedoc-Roussillon est particulièrement exposée, à l'érosion des côtes notamment. [...]
Jusque dans les années 60 à 80, période à laquelle le littoral Languedoc-Roussillon a été fortement aménagé, le caractère naturel du littoral favorisait un bon fonctionnement sédimentologique du système.
Depuis, l'anthropisation des fleuves et du littoral (endiguements, jetées portuaires, extractions, barrages réduisant considérablement les apports sédimentaires des fleuves), l'urbanisation des cordons dunaires et la sur-fréquentation de certains secteurs ont rompu ce fragile équilibre.
Bien que très inégalement réparti, le recul du trait de côte est aujourd'hui quasi-général. De plus, la diminution du stock de sable qui peut se déplacer augmente la vitesse d'érosion sur certains secteurs.
Le changement climatique est susceptible de modifier le régime des précipitations, le niveau moyen de la mer, le régime des tempêtes, le régime des vagues et le régime des surcotes aggravant ainsi l'aléa érosion et submersion marine."
source : Les risques littoraux en Languedoc-Roussillon / Observatoire des risques naturels en Languedoc-Roussillon

Nous vous invitons à lire ces documents pour en savoir plus :
- Lutte contre l’érosion littorale : efficacité des méthodes de stabilisation par drainage de plage, le cas de la baie d’Agay, Var
- A. Lambert, Protection durable du littoral varois : fonctionnement hydrosédimentaire de plages micro‑tidales équipées de systèmes de drainage
- L’apport de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) à la gestion de l’érosion côtière : intérêt et exemple en Méditerranée française
- Une approche alternative de la gestion des risques côtiers, l’exemple de la petite Camargue
- Perception des plages et des politiques de rechargement : réflexions à partir du cas du golfe d’Aigues Mortes (Hérault/Gard)

Vous pouvez aussi visionner un reportage consacré à la problématique de l'érosion du littoral français méditerranéen :




Quant à Aigues-Mortes, c'est Saint-Louis, aux alentours de 1240, qui décide de développer ce port maritime.
Ce port n'était autre qu'un étang très large et profond relié à la mer par un canal.
L'histoire du port d'Aigue-Mortes est relatée sur le site de l'office du tourisme : Le port :

" Le XIIème est celui de l’extension du port d’Aigues-Mortes. Déjà, d’Alexandrie et de Gênes beaucoup de navires viennent et de longue date, s’abriter dans cette anse naturelle, dont le vrai créateur et rénovateur est le roi Louis IX. "
[...]
Un préjugé très répandu et longtemps tenace a voulu que la mer se soit retirée, avec lenteur, des murs de la ville. Mais des pièces authentiques rétablissent la vérité. La topographie de la région aurait donc été de tout temps à peu près la même, avec cette différence que les lagunes se sont comblées et que les étangs, envasés par le limon et le sable, sont moins profonds qu’autrefois.
On peut donc l’affirmer hautement : Aigues-Mortes fut jadis un port célèbre, reculé dans l’intérieur des terres, relié à la mer par un chenal maritime dont on peut suivre encore la trace et les sinuosités à la déclivité du terrain.
Vers le XIIème siècle le port commença à avoir de la renommée. Son importance, grâce à sa situation, fut vite appréciée. Son accès facile attirait petits et grands navires. Les navigateurs et commerçants trouvaient dans la rade sécurité et avantages commerciaux.
[...]
A la longue les inondations successives du Rhône et du Vidourle dont les eaux limoneuses, en temps de crue couvraient toute la plaine, engorgèrent d’année en année le canal et obstruèrent le port et les étangs.
La prospérité des régions environnantes dépendait de l’entretien constant du port et du bon accès au canal. C’est ce que comprirent les députés de la sénéchaussée de Montpellier. Aussi décidèrent-ils de rendre le canal constamment navigable.
Malheureusement, la passe menaçait d’être constamment obstruée par le sable et la mer. Les travaux reconnus urgents par Jean le Bon furent estimés à 4000 florins. Commencés sans retard ils duraient encore sous Charles V. Charles VII s’intéressa aussi beaucoup à Aigues-Mortes et en retour la cité lui fut très attachée. Il en reçut une preuve éclatante dans la lutte sauvage entre les Armagnacs e les Bourguignons.
Mais à cause de la longueur interminable des travaux, les navires avaient choisi d’autres routes et pris de nouvelles destinations. L’air était devenu malsain et des eaux de l’intérieur, privées de communication avec la mer, s’élevaient des miasmes fétides. Les habitants quittaient la ville et ceux qui restaient, luttaient avec persévérance et courage. "

Lire aussi :
- L'essai de restauration des ports et de la vie maritime en Languedoc, de 1593 à 1661 et son échec / Boissonade P. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 46, N°182, 1934. pp. 98-121.
- Aigues-Mortes au XIIIe siècle / Morize Jean. In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 26, N°103, 1914. pp. 313-348. (lire l'histoire du port aux pages 327 et suivantes)
- Histoire maritime de France: depuis les temps anciens jusqu'à nos jours / Léon Guérin

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact