Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > maison

maison

par Jiyar, le 26/12/2017 à 17:03 - 1933 visites

Je recherche le thème de la maison dans la littérature et le cinéma, merci par avance

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 27/12/2017 à 15:33

Bonjour,

Comme l’évoque Alica Laguarda dans son ouvrage Des films et des maisons : la périlleuse trajectoire de l'homme vers son humanité(2016), que nous vous conseillons de parcourir, le « cinéma est peuplé de maisons qui hantent l'imaginaire, entretiennent des fantasmes d'abri, réveillent le désir de s'ouvrir au monde ou à l'inverse de s'en extraire».
Aussi, ne pouvant prétendre à l’exhaustivité, nous vous proposons, sur ce sujet, une liste de films qui balaie les genres, les époques et les continents – tout en excluant les histoires de maisons hantées.

La Maison de la rue Troubnaia / réal. de Boris Barnet ; scénario de Nikolai Erdman, 1928 : "Paracha, jeune paysanne venue rendre visite à son oncle en ville, se retrouve employée comme femme de ménage dans un immeuble de la rue Troubnaïa. Exploitée par ses nouveaux patrons, Paracha travaille sans relâche. Observant la jeune fille, Fénia, la déléguée syndicale la prend en amitié et la syndicalise. Mais, son patron, la licencie. Un soir, les habitants de l’immeuble de la rue Troubnaïa apprennent qu’une certaine Parania Pitounova, nom civil de Paracha, a été élue au soviet local comme représentante des femmes de ménage. Tout l’immeuble organise aussitôt une grande cérémonie en l’honneur de la nouvelle élue…"

Les Inconnus dans la maison / réal. de Henri Decoin ; d'après Georges Simenon ; scénario de Henri-Georges Clouzot ; mus. de Roland Manuel, 1942 : "Hier avocat célèbre, Maître Hector Loursat de Saint-Mars vit retiré dans sa vaste demeure de province et a sombré dans l'alcoolisme depuis que sa femme l'a quitté, voilà dix-huit ans. Il ne s'est pas occupé de sa fille, Nicole, qui a été élevée par la servante de la maison, Fine. Une nuit, une détonation retentit dans la maison. Hector voit une ombre s'enfuir et découvre le cadavre d'un homme dans son grenier. La victime est un repris de justice du nom de Gros-Louis. Nicole et les jeunes gens qu'elle fréquente sont interrogés par les enquêteurs..." (source : wikipedia).

Rebecca / réal. d'Alfred Hitchcock ; d'après Daphné Du Maurier ; scénario de Philip MacDonald, Michael Hogan et Joan Harrison ; mus. de Franz Waxman; (suivi de) Le procès Paradine ; d'après Robert Hichens ; scénario de Alma Reville, David O. Selznick ; mus. de Franz Waxman, 1947 : "C'est à Monte-Carlo que le richissime et séduisant veuf Maxim de Winter croise le chemin d'une jeune domestique qu'il ne tarde pas à séduire. Bientôt, ils se marient et retournent habiter dans le manoir de Manderley, demeure familiale de Winter, au sud de l'Angleterre. Très rapidement, dans cet endroit lugubre et froid, la nouvelle Mme. de Winter se confronte aux domestiques qui ne semblent guère l'apprécier. Surtout, c'est Mme. Danvers, la gouvernante, qui est la plus vindicative. Car depuis toujours, elle servait Rebecca, l'ex-femme de M. de Winter décédée un an plus tôt dans un accident. Son souvenir semble hanter le château..."

Voyage à Tokyo / réal. de Yasujiro Ozu ; scénario de Kogo Noda et Yasujiro Ozu ; mus. de Kojun Saito , 1953 :" Un couple âgé entreprend un voyage pour rendre visite à ses enfants. D’abord accueillis avec les égards qui leur sont dus, les parents s’avèrent bientôt dérangeants. Seule Noriko, la veuve de leur fils mort à la guerre, trouve du temps à leur consacrer. Les enfants, quant à eux, se cotisent pour leur offrir un séjour dans la station thermale d’Atami, loin de Tokyo…"

Fedora / réal. de Billy Wilder ; d'après une histoire originale de Thomas Tryon ; scénario de Billy Wilder et A.L. Diamond ; mus. de Miklós Rózsa 1978 : "Fedora, grande star hollywoodienne désormais retirée en Europe, met fin à sa vie en se jetant sous un train. Deux semaines auparavant, le producteur Barry Detweiler était parti à sa recherche dans l’espoir de la faire revenir sur le devant de la scène. Mais la mystérieuse Fedora vit désormais recluse auprès de gens étranges et s’avère difficile à approcher…"

La maison du lac / réal. de Mark Rydell ; scénario d'Ernest Thompson ; mus. de Dave Grusin, 1981 : "Des tensions familiales éclatent pour Ethel et Norman Thayer, un couple soudé, en vacances dans leur résidence secondaire quand leur fille Chelsea vient leur rendre visite avec son nouveau fiancé, Bill et son jeune fils, Billy, un dur à cuire. On assiste alors au conflit de trois générations. Pourtant, les rapports conflictuels entre les protagonistes se transforment peu à peu..."

La maison assassinée / réal. de Georges Lautner ; d'après le roman de Pierre Magnan ; scénario de Jacky Cukier & Georges Lautner ; mus. de Philippe Sarde, 1988 : "Un soir d’orage de septembre 1896, cinq personnes sont massacrées dans une auberge de Haute-Provence. Seul un bébé, Séraphin Monge, échappe à la mort. Les années passent et la Grande Guerre s’achève, lorsque Séraphin, fraîchement démobilisé, revient au village en quête de son passé, décidé à assouvir sa vengeance. Mais lorsqu’il s’apprête à tuer les coupables, il est chaque fois devancé par une mystérieuse personne…"

Milou en mai / réal. & scénario de Louis Malle ; scénario de Jean-Claude Carriere ; mus. de Stephane Grappelli, 1989 : "Mai 1968, une vieille dame s'éteint dans une grande demeure du sud-ouest. Son fils, Milou, soixante ans, réunit la famille pour l'enterrement alors qu'à Paris c'est l'émeute..."

La Maison des otages / réal. de Michael Cimino ; d'après le roman et sa pièce de broadway de Joseph Hayes ; scénario de Lawrence Konner, Mark Rosenthal, Joseph Hayes ; mus. de David Mansfield, 1990 : "Criminel violent et instable, Michael Bosworth s'échappe du tribunal où il était jugé pour meurtre. En attendant l'arrivée de sa maîtresse, Michael et ses complices pénètrent dans la maison de Tim et Nora Cornell et prennent la famille en otage. Mais les choses dégénèrent et Michael entre dans une rage meurtrière et incontrôlable.."

Funny games / réal. et scénario de Michael Haneke, 1997: "Une famille composée d'un couple et de leurs deux enfants passe ses vacances au bord d'un lac. Deux jeunes hommes leur rendent visite sous un prétexte futile. Ils les séquestrent et les assassinent un a un..."

Misery / Rob Reiner, réal. ; Stephen King, auteur adapté ; William Goldman, scénario ; Marc Shaiman, comp. ; James Caan, Kathy Bates, Richard Farnsworth... [et al.], act, 2001. : "Pris dans une terrible tempête de neige en regagnant New York, le célèbre écrivain Paul Sheldon s'écrase dans un ravin avec sa voiture. Grièvement blessé, il est sauvé par une étrange infirmière, Annie Wilkes qui le ramène dans sa maison isolée de tout. C'est une fan de Misery, l'héroïne des romans de Paul Sheldon, à laquelle elle s'est totalement identifiée. Elle va découvrir le nouveau manuscrit de l'écrivain... et l'horreur commence pour lui. Sa seule chance de survie : écrire, écrire, écrire, pour la monstrueuse, pour l'insatiable Annie..."

La maison sur l'océan / réal. de Irwin Winkler ; scénario de Irwin Winkler et Rob Cowan ; musique de Mark Isham ; avec Kevin Kline, Kristin Scott Thomas, Hayden, 2001 : " Christensen George est architecte et mène un rythme de vie effréné. Lassée, sa femme a fini par divorcer et son fils n’a plus confiance en lui. Aujourd’hui licencié, il décide de reprendre sa vie en main et de réaliser un vieux projet, celui de restaurer la maison de son père. Au-delà de la simple construction d’une maison, son rêve va se transformer en quelque chose de bien plus vaste que tout ce qu’il aurait pu imaginer…"

La maison du diable / réal. de Robert Wise ; d'après Shirley Jackson ; scénario de Nelson Gidding ; mus. d'Humphrey Searle, 2003/

Volver / réal. & scénario de Pedro Almodovar ; mus. d'Alberto Iglesias, 2006 : "Madrid et les quartiers effervescents de la classe ouvrière, où les immigrés des différentes provinces espagnoles partagent leurs rêves, leur vie et leur fortune avec une multitude d'ethnies étrangères. Au sein de cette trame sociale, trois générations de femmes survivent au vent, au feu, et même à la mort, grâce à leur bonté, à leur audace et à une vitalité sans limites..."

Villa Amalia / réal. de Benoit Jacquot ; d'après Pascal Quignard ; scénario de Julien Boivent & Benoît Jacquot ;. mus. de Bruno Coulais, 2009 : "Comme la goutte d’eau fait déborder le vase, Ann voit une nuit Thomas embrasser une autre, et elle décide de le quitter, de tout quitter. Elle est musicienne, seule la musique la tient mais ne la retient pas. Elle ne tient qu’à la musique. Avec l’amitié de Georges, surgi de son enfance, elle rompt et fuit, part à la rencontre de son origine et de son destin, trouve une île, là où est la Villa Amalia";

Dans la maison, François Ozon, 2012 : "Entre un professeur et un élève doué se créent des liens ambigus autour de la création littéraire... Mais bientôt la réalité dépasse la fiction... Thriller cérébral, voyeuriste et malsain, sur les mécanismes de domination..."

La maison au toit rouge / réal. d'Yoji Yamada ; d'après le roman de Kyoko Nakajima ; scénario d'Emiko Hiramatsu, Yoji Yamada ; mus. de Joe Hisaishi, 2014 :" Japon, 1936. Taki quitte sa campagne natale pour travailler comme bonne dans une petite maison bourgeoise en banlieue de Tokyo. C’est le paisible foyer de Tokiko, son mari Masaki et leur fils de 6 ans. Mais quand Ikatura, le nouveau collègue de Masaki, rentre dans leurs vies, Tokiko est irrésistiblement attirée par ce jeune homme délicat, et Taki devient le témoin de leur amour clandestin. Alors que la guerre éclate, elle devra prendre une terrible décision. Soixante ans plus tard, à la mort de Taki, son petit neveu Takeshi trouve dans ses affaires une enveloppe scellée qui contient une lettre. Il découvre alors la vérité sur ce secret si longtemps gardé".

* La belle promise / réal. & scénario de Suha Arraf ; musique de Boaz Schory, 2015 :" En Palestine, trois soeurs issues de l’aristocratie chrétienne ont perdu leur terre et leur statut social après la guerre des Six Jours de 1967 avec Israël. Incapables de faire face à cette nouvelle réalité, elles s’isolent du reste du monde et s’enferment dans leur villa afin de se raccrocher à leur vie passée. Mais l’arrivée de leur jeune nièce, Badia, ne tarde pas à bousculer leur routine lorsqu’elles se mettent en tête de lui trouver un mari. Premier film".

* Retour à Montauk/ / réal. de Volker Schlöndorff ; d'après le roman de Max Frisch ; scénario de Colm Toibin, Volker Schlöndorff ; musique de Max Richter, Thomas Bartlett, Caoimhin O'Raghallaigh, 2017 : "Il y a un amour dans la vie, que tu n'oublies jamais, peu importe à quel point tu essaies. L'écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme Clara l'a précédé de quelques mois pour contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis. Dans son roman, Max raconte l'échec d'une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d'Allemagne de l'Est, elle est devenue entretemps une brillante avocate et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un weekend ensemble. C'est l'hiver à Montauk, le petit village de pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats vides, face à l'océan. Ils attendent deux personnes qui s'étaient perdues pendant très longtemps. Maintenant ils reviennent à Montauk, plein d'espoir et de regrets sur une vie commune manquée".

* La villa / réal. Robert Guédiguian, 2017 : " Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…"' source : allocine.fr)

Le site sens critique dresse une liste de films qui présentent une « maison remarquable ».

Enfin, sachez que l’ouvrage de Jean Mottet s’intéresse non pas aux films mais aux séries télévisées : Série télévisée et espace domestique : la télévision, la maison, le monde

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 29/12/2017 à 11:49

Réponse du département Langues et Littératures

Bonjour,

Voici une sélection de romans dans lesquels la maison tient un rôle plus ou moins important :
Le roman d’une maison / Serge Rezvani

Sunset Park / Paul Auster

Partie commune / Camille Bordas

La chute de la maison Usher / Edgar Allan Poe

Le planétarium / Nathalie Sarraute

La maison aux esprits / Isabel Allende

Lady Hunt / Hélène Frappat

Howards end / E. M. Forster

La ville d’hiver / Dominique Bona

L’indésirable / Sarah Waters

Vous plaisantez, monsieur Tanner / Jean-Paul Dubois

La cache / Christophe Boltanski

Quelques titres des éditions Nil : La maison du retour / Jean-Paul Kauffmann ; La maison de l’été / Patrick Cauvin ; Avec vue sur la mer / Didier Decoin ; A Garonne / Philippe Delerm ; Maison mère / Catherine Clément

Une petite anthologie : Le goût de la maison

Nous vous indiquons également ces deux études :
Balzac architecte d’intérieurs
Hôtels littéraires

Bonnes lectures
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact