Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Top 10 > Les bienfaits du "surglucosage"

Les bienfaits du "surglucosage"

par P2B, le 20/01/2018 à 12:28 - 1869 visites

Bonjour,

actuellement sur Youtube sévit une vidéaste prônant les bienfaits d'une alimentation riche en glucose, très riche en glucose.
Son slogan étant : " Surglucosez-vous ".

Ma question est la suivante : " La doctrine que prone cette personne est-elle néfaste ? Si oui, quels sont les risques encourus lors d'une surconsommation quotidienne de glucose ? "

Au plaisir de lire votre réponse :)

Réponse du Guichet du savoir

par bml_san, le 20/01/2018 à 16:11

Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,

Qu’est-ce que le glucose ?
Le glucose est un sucre monosaccharide (ose) de la famille des aldohexoses.
En 1838, un comité de l’Académie des sciences décide d’appeler le sucre se trouvant dans le raisin, dans l’amidon, et dans le miel par le nom de glucose, en fournissant comme étymologie le grec (gleukos, vin doux).
Sources : Futura Sciences, Société chimique de France, Passeport santé

Le glucose, principal fournisseur d’énergie de notre organisme

« Appelés hydrates de carbone ou encore sucres (rapides et lents), les glucides forment une famille qui se compose de molécules de taille et de structure très diverses. Leur principal rôle est de fournir à l’organisme l’énergie nécessaire à son fonctionnement. C’est en quelque sorte le carburant de nos cellules. Par exemple, le glucose permet aux muscles de se contracter qu’il s’agisse d’un mollet de marathonien ou de l’ index lorsque l’on clique la souris de son ordinateur.
Le glucose est également indispensable à notre cerveau grand consommateur d’énergie. Alors que le cerveau ne représente que 2 % de notre poids, il utilise au repos 60 % du glucose de l’organisme ! » Source : Fil santé jeune

« Les cellules ont besoin d’énergie pour vivre.
Nos cellules utilisent comme source d’énergie celle stockée dans les liens chimiques. La source d’énergie essentielle dans les cellules est l’ATP, adénosine triphosphate, une molécule formée de trois phosphates fixés en chaine l’un après l’autre et dont le lien entre le second et le troisième est particulièrement énergétique. La cellule stocke donc l’énergie en fixant un troisième phosphate sur une molécule ADP (adénosine diphosphate) et consomme l’énergie en rompant ce lien, libérant le dernier phosphate ce qui permet de libérer de l’énergie pour activer une fonction cellulaire quelconque.

Le renouvellement du stock d’ATP est assuré par la scission et le démantèlement de trois types d’aliments : les graisses, les protéines et les sucres.[…]
Source : Pourquoi le cerveau a-t-il besoin de plus de glucose ?, Radio Télévision Suisse Découverte.

« Pour que l’organisme fonctionne correctement, la glycémie (= taux de glucose) doit varier entre 0,80 et 1,10 grammes par litre de sang à jeun, et entre 1 et 1,40 grammes dans les 2 heures qui suivent un repas.
Certains aliments libèrent leur énergie plus ou moins vite dans l’organisme. C’est ce qu’indique l’index glycémique. Plus l’aliment libère rapidement de l’énergie, plus son index glycémique est élevé.
Pour les sportifs comme pour les autres, un repas riche en glucides à index glycémique bas avant l’effort permet d’augmenter ses réserves en glycogène. »

Les effets d’une surconsommation de glucose sur notre santé
« La plupart d’entre nous consomment trop [de sucre] : on en trouve dans 74 % des plats industriels vendus en supermarché, sous différentes appellations (glucose, fructose, miel, sirop de maïs, etc.). L’Organisation mondiale de la santé préconise de ne pas dépasser 5 % des apports journaliers en calories » outre les effets bien connus sur la ligne, l’obésité et le diabète, une consommation excessive en sucre peut :
Citer:
- Générer des envies irrépressibles d’en consommer toujours plus « il active les récepteurs du goût situés sur la langue. Ceux­-ci envoient des signaux au cerveau pour qu’il active le système de récompense et libère des hormones comme la dopamine »
- affecter la mémoire et nos capacités d’apprentissage
- entrainer un état dépressif ou de stress
- favoriser l’obésité : le sucre en excès se transforme en graisses et peut conduire à un surpoids ou à de l’obésité.
- provoquer des troubles digestifs : il favorise les aigreurs d’estomac et les inflammations intestinales qui perturbent la flore bactérienne. Il favorise la constipation, les affections du colon, les mycoses intestinales cause de fatigues chroniques. Or une bonne partie de notre immunité dépend de l’équilibre de la flore intestinale.
- faire baisser l’immunité : le sucre blanc (qui, suite au raffinage, perd ses vitamines et ses minéraux d’origine) appauvrit nos réserves en magnésium, en calcium, en chrome, en cuivre et en oligo-éléments anti-infectieux.
- favoriser les maladies cardio-vasculaires et l’hypercholestérolémie : le sucre fait augmenter les triglycérides et le cholestérol qui peut boucher les artères.
- provoquer des caries : les sucres les plus nocifs pour les dents sont les sucres rapides (le saccharose, le glucose, le fructose et le lactose) ; les sucres créent un milieu acide qui cause la déminéralisation de la dent c’est-à-dire la carie.
- avoir une actions sur certains cancers : des études auraient montré l’influence du sucre dans le développement du cancer du sein, de l’endomètre, de l’estomac, du colon et du pancréas. Selon une récente étude suédoise publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, les sodas, compotes de fruits et sucre dans le café sont les principaux modes de consommation augmentant les risques de développer un jour un cancer du pancréas.

Selon les recommandations de l’OMS, le sucre ajouté ne doit pas dépasser 10% des calories quotidiennes ingérées, soit l’équivalent d’une canette de boisson sucrée. Au-delà, les risques existent. Or chez les Français, les aliments sucrés sont présents 9 fois par jour dans notre alimentation : nous consommons donc trop de sucre.
Sources :
- Ce que le sucre fait à votre cerveau, Huffington post.
- Sucre et cerveau : les effets du glucose sur les performances intellectuelles, Médisite.
- Les risques d’excès et de manque de sucre, Fil santé jeunes.

Bref vous l'aurez compris plutôt que divers régimes "hypoceci" ou "hyperquelquechose" nous préférons la variété et la modération et suivre les recommandations du programme national nutrition santé pour manger mieux et bouger plus

Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur Image et sur L’Influx, le webzine des bibliothèques municipales de Lyon
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact