Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - vivre nobleme sous l'Ancien régime

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Top 10 > vivre nobleme sous l'Ancien régime

vivre nobleme sous l'Ancien régime

par petitfils de raoul, le 26/01/2018 à 11:23 - 813 visites

Cher guichet,
Quant on dit qu'un bourgeois d'Ancien Régime vit "noblement" ,cela signifie t-il qu'il est rentier ou bien qu'il est notable et a un certain train de vie. ou les deux ?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 27/01/2018 à 15:56

Bonjour,

D’après les différentes sources que nous avons consultées, « vivre noblement » pour la bourgeoisie a la signification d’imiter la noblesse par sa manière de vivre, soit en vivant sans travailler, soit en faisant l’acquisition de propriétés nobles :

« Vivre bourgeoisement et vivre noblement était sous l'Ancien Régime synonyme, et signifiait vivre sans exercer une profession. »
Source : L'essor de la bourgeoisie rurale à la fin de l'Ancien Régime : l'exemple des Carrère, une famille de Montestruc, Jean-Loup Vivier

« La Bruyère est le meilleur témoin de ce véritable complexe vis-à-vis du travail qui taraudait la bourgeoisie aisée et pouvant vivre noblement : « Il faut, en France, beaucoup de fermeté et une grande étendue d’esprit pour se passer des charges et des emplois, et consentir ainsi à demeurer chez soi, à ne rien faire. Personne presque n’a assez de mérite pour jouer ce rôle avec dignité, ni assez de fond pour remplir le vide du temps sans ce que le vulgaire appelle des affaires. Il ne manque cependant à l’oisiveté du sage qu’un meilleur nom et que méditer, parler, lire et être tranquille s’appelât travailler. » L’exercice même d’un office, au XVIIe siècle, comme le montre l’édit de suppression du présidial de Marennes, n’exempte pas toujours de l’accusation d’oisiveté, ni de la marque de mépris qu’elle imprime. »
Source : Un orgueil français : la vénalité des offices sous l'Ancien Régime, Jean Nagle

« Sous l’Ancien Régime […] la France crée peu et imite beaucoup : l’essentiel des progrès vient de l’étranger. Il est vrai qu’au XVIIe siècle la rigidité du colbertisme, le succès des offices, la peur de la dérogeance chez les nobles, la volonté de la bourgeoisie de « vivre noblement » en faisant l’acquisition de seigneuries, ne stimule pas l’invention. »
Source : Dictionnaire de l'Ancien Régime, Anne Conchon, Bruno Maes, Isabelle Paresys ; sous la dir. de Robert Muchembled

« « Vive noblement »

L’acquisition d’une terre de nature privilégiée obéit au souci fondamental pour la bourgeoisie de donner les apparences d’une vie noble copiée sur celle des seigneurs authentiques. En témoigne le soin porté à la reconstruction des bâtiments d’habitation, à leur embellissement et à leur extension qui mobilise une partie des investissements bourgeois. Les contrats d’acquisition des biens immobiliers nobles par la bourgeoisie dans le comté aux XVIIe et XVIIIe siècles laissent percevoir deux situations, fort diverses dans leurs conséquences sur l’intégration bourgeoise au milieu noble : l’une, qui témoigne du rapprochement, est marquée par la possession d’un « château », l’autre, symbole d’un clivage qui reste grand, est réduite à la propriété d’une « maison de maître », voire d’une simple « maison d’habitation ».
Source : Bourgeoisie et propriété immobilière en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles, Josette Garnier


Nos vous rappelons par ailleurs que chaque utilisateur du Guichet du Savoir est limité à trois questions par semaine. Merci d’en tenir compte pour vos prochaines questions.


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact