Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Elisée lyonnais et montagnes françaises

Elisée lyonnais et montagnes françaises

par Ju Li, le 11/07/2018 à 14:12 - 302 visites

Bonjour,
J'aurai voulu en savoir plus sur deux éléments qui apparaissent sur les plans des années 1830 :
- "L’Élisée lyonnais" qui apparaît sur le cadastre napoléonien (section A dite des Brotteaux) / équivalent aux rues Boileau, Vauban, Dussausoy ;
- Les "montagnes françaises" qui apparaissent sur ce même plan ainsi que celui de Darmet / équivalent aux rues Tronchet/Boileau/Crillon.
Merci par avance pour votre éclairage.
Bonne journée

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 12/07/2018 à 10:26

Réponse de la Documentation régionale

Le Guide pittoresque de l'étranger à Lyon de 1836, consultable sur Google books, nous donne un aperçu de ce qu’étaient ces deux établissements :

« L’ELYSEE LYONNAIS
L’Élysée était un jardin vaste, dont une partie offrait des bois pittoresques, et l’autre des promenades charmantes. Des statues, des bosquets, des arbustes odoriférants le décoraient dans l’intérieur ; on y avait construit des montagnes fort élevées et d’une grande étendue : et pendant la belle saison, nos belles venaient s’y faire ramasser. Il y avait encore dans ce jardin, un café, un cirque, un tir au pistolet et à l’arquebuse, un théâtre, et des amusements de tout genre; malheureusement ce jardin délicieux n’existe plus.

MONTAGNES FRANÇAISES
Le jardin de cet établissement, situé également aux Brotteaux, était moins vaste que l’Elysée, mais tracé avec plus de goût ; les montagnes moins étendues, mais la course plus rapide. Le café, le bassin à jet d’eau et les autres ornements, étaient dus au talent de M. Piraud, architecte. Comme à l’Elysée, des plaisirs nombreux attiraient le public ; on y donnait quelquefois des fêtes militaires et des feux d’artifice. Mais tout cela est passé de mode, et cet établissement ne faisant plus de recette suffisante vient de se vendre pour changer de destination.»

Entendez par « montagnes » des montagnes russes (en version soft). Ces lieux de divertissements sont donc proches de parcs d’attractions, avec leur panel d’activités ludiques. Ces établissements de plein air ouvraient à la belle saison, comme le laissent entendre les Tablettes historiques et littéraires d’avril 1823 :

« L’Elysée lyonnais a été rouvert au public dimanche dernier ; il y avait beaucoup de monde. Quelques danseurs de cordes et un méloglomane étaient les seuls aliments offerts à la curiosité du public. Le directeur promet d’autres artistes, et des embellissements qui ne sont encore qu’ébauchés. Le Montagnes françaises font demain leur ouverture. »

Pour en savoir plus sur les activités de ces établissements et leur physionomie, nous vous conseillons la lecture des Oisivetés du Sieur du Puitspelu, Lyonnais, (1896). Dans son chapitre consacré aux « montagnes » (p. 322-335), l’auteur décrit longuement l’Elysée lyonnais et son concurrent les Montagnes françaises, ainsi que les attractions qu’ils proposent. Les deux établissements, un temps alliés, périclitèrent dans les années 1830.

A lire en complément :
Une Question du Guichet sur Simon Arban, propriétaire des Montagnes françaises. Vous y trouverez une bibliographie sur les loisirs et distractions des lyonnais au XIXe siècle.
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact