Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > En cours > Notre société sombre dans la médiocrité !!!

Notre société sombre dans la médiocrité !!!

par Hazem, le 21/10/2019 à 08:57 - 247 visites

Bonjour ,
Partout dans le monde notre ère est marquée depuis des décennies par la médiocrité dans presque tous les domaines surtout politiques littéraires artistiques sanitaires écologiques éthiques : dopage des sportifs et relations humaines (montée de taux de divorce) etc.
Y-a-t-il solution urgente ?
Merci beaucoup.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_soc, le 22/10/2019 à 14:00

Réponse du Département société :

Bonjour,

Afin d’étayer votre réflexion, nous vous proposons une sélection documentaire non exhaustive sur la médiocrité de la société actuelle dans les domaines politique, écologique, sanitaire, littéraire et artistique ainsi que les moyens proposés pour y remédier.
Tous les ouvrages évoqués ci-après sont présents sur le catalogue de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Quelques penseurs de la médiocrité :

D’un point de vue gouvernemental, le philosophe québécois Alain Deneault a théorisé le concept de médiocratie, qu’il développe dans un essai éponyme, paru en 2015.
Selon lui, « […] il faut penser mou et le montrer, parler de son moi en le réduisant à peu de chose : on doit pouvoir vous caser. Les temps ont changé. Il n’y a eu aucune prise de la Bastille, rien de comparable à l’incendie du Reichstag, et l’Aurore n’a encore tiré aucun coup de feu. Pourtant, l’assaut a bel et bien été lancé et couronné de succès : les médiocres ont pris le pouvoir. »
Alain Deneault désigne la médiocratie comme un régime où la moyenne devient une norme impérieuse qu’il s’agit d’incarner. Il précise qu’il ne souhaite pas stigmatiser qui que ce soit, mais plutôt comprendre la nature de cette injonction à être médiocre qui pèse aujourd’hui sur des gens qui ne sont pas forcément enclins à l’être. »

Lorsqu’on lui demande comment résister à la médiocratie, le philosophe indique qu’il n'y a pas de réponse administrative et pragmatique mais qu’il existe malgré tout de nombreux moyens de lutter contre cet état ambiant qui ne nous porte pas vers le haut. Ses solutions ? « Résister d'abord au sens de résister au buffet, à la somme de petits avantages qui rendent mesquin. Revenir à des concepts forts pour penser les choses, ne pas laisser la langue pauvre du management nous fondre dessus, s'emparer de sa subjectivité, et retourner comme un objet de la pensée cette langue corruptrice. »
Source : Pourquoi les médiocres ont pris le pouvoir ? -, Le Point

Parmi les nombreux scandales sanitaires actuels, les perturbateurs endocriniens sont un phénomène inquiétant qui menaceraient notre fertilité et notre intelligence. La réalisatrice Sylvie Gilman et le journaliste Thierry de Lestrade ont mené l’enquête auprès de scientifiques sur ces composants chimiques présents dans certains produits de notre environnement dans le documentaire Demain, tous crétins ?, produits par Arte. Ils révèlent les résultats de tests scientifiques : baisse du QI, explosion des cas d'autisme, troubles du comportement chez les enfants et surtout, un fait inimaginable il y vingt ans, le déclin des capacités intellectuelles humaines.
Un site web est dédié à ce film : Demain, tous crétins ?, sur lequel on peut retrouver plusieurs liens vers la vidéo, des conseils pour se protéger des perturbateurs endocriniens et une bibliographie détaillée.

L’écologie semble être le domaine le plus enclin au pessimisme contemporain. Le nombre de scientifiques, philosophes, romanciers, politiques et membre de la société civile à lancer un cri d’alarme face à l’urgence de la situation mondiale est chaque jour plus important. Nous pouvons citer deux d’entre eux :
-l'astrophysicien au CNRS Aurélien Barrau appelle à une révolution écologique pour faire face à l'extinction massive de la vie sur Terre par le biais de son essai Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité: face à la catastrophe écologique et sociale .
-la jeune militante d’origine suédoise Greta Thunberg, figure de la défense du climat, et son manifeste Rejoignez-nous: #grèvepourleclimat, qui compile des extraits de son discours donné lors du sommet de Davos en 2019, exhortant à agir positivement et dans l'urgence pour le climat.

En réponse à cet appel à la mobilisation citoyenne, certains auteurs donnent des clefs pour accompagner chaque personne dans sa transition écologique au quotidien. C’est le cas de Julien Vidal, qui a testé dans le cadre de son programme Ça commence par moi, 365 solutions simples et efficaces à mettre en œuvre au quotidien pour diviser son empreinte écologique par quatre et le volume de ses déchets par dix tout en faisant des économies. Ces initiatives écocitoyennes sont à retrouver dans son ouvrage Ça commence par moi : soyons le changement que nous voulons voir dans le monde

Dans le domaine littéraire, l’œuvre du romancier français Michel Houellebecq est perçue par l’opinion publique comme «déprimiste». Agathe Novak-Lechevalier, spécialiste de l'œuvre de Michel Houellebecq, auteure de Houellebecq, l'art de la consolation, souhaite nuancer ce sentiment. Pour elle, l’adjectif «houellebecquien» désigne une situation qui concentre la médiocrité du monde et son absurdité. Mais cette médiocrité ne peut être rendue perceptible que mise en relation avec une exigence qui la dépasse. En somme, il s’agit d’un concentré de la médiocrité du monde, sur fond d'aspiration à l'infini.

Un autre champ de la création artistique, l’art contemporain, peut parfois susciter le scepticisme de la part du public novice. Toute forme d’objet peut devenir artistique si le monde de l’art nous le présente comme tel. La créativité n’exprime plus rien et l’art contemporain semble se contenter d’un nombrilisme superficiel. Alain Troyas, fondateur du département des Arts plastiques de l’université Montpellier-III, aujourd’hui à la retraite, et Valérie Arrault, professeur d’arts plastiques dans cette même université analyse ce phénomène dans leur ouvrage Du narcissisme de l'art contemporain
Les auteurs déplorent que « L’art valorise le narcissisme qui « ne se caractérise pas par des images grandioses ou agressives comme défense contre l’anxiété ou la culpabilité de n’être point conforme au modèle imposé par le pouvoir social, mais par l’introjection du neutre et de l’anodin »


L’optimisme, une réponse à la morosité ambiante


En guise de contrepoint, voici quelques références plus optimistes, qui se donnent pour objectif de corriger une vision déformée de la réalité du monde :

Au sein de son ouvrage Le monde va beaucoup mieux que vous ne le croyez!, le psychologue français Jacques Lecomte, l'un des principaux experts francophones de la psychologie positive, présente les progrès et ses facteurs survenus dans le monde et dans la société contemporaine, notamment l'amélioration de la qualité de vie, de la santé, de l'environnement et le déclin de la violence, à travers des fiches synthétiques comprenant des courbes et des histogrammes. Il aborde l'importance de l'optimisme et de son lien avec la réalité.
Pour en savoir plus : Mais oui, malgré les apparences, le monde va mieux, article des Inrockuptibles

Pour le conseiller en communication français Thierry Saussez les Français sont les champions du monde du pessimisme. Il développe son propos dans son essai Manifeste pour l'optimisme. L’auteur ne songe nullement à nier les difficultés ni les injustices. Mais il décrit ce monde virtuel dans lequel nous exagérons nos souffrances, nous recourons à la victimisation, nous cherchons des boucs émissaires. Il nous invite à choisir la vraie vie, celle dans laquelle 90 % des Français sont heureux, celle d'un pays qui a de formidables atouts, celle d'une France qui crée, innove, agit sur la scène internationale. Pour Thierry Saussez, le temps est venu de briser le cercle délétère de la défiance, de dire stop aux prophètes de malheur, à ces pseudo-experts qui prédisent l'apocalypse

Cette vision pessimiste, déformée du monde, était aussi le cheval de bataille du professeur de santé publique Hans Rosling, décédé en 2017. L’auteur de Factfulness a montré que beaucoup de gens se trompent sur les questions fondamentales relatives à l'état du monde, telles que les raisons de l'augmentation de la population mondiale, le taux d'accès des jeunes femmes à l'éducation ou le nombre d'individus vivant dans la pauvreté. Son ouvrage propose des stratégies pour y remédier.

Enfin, la géographe Sylvie Brunel se tient à contre-courant du politiquement correct en dénonçant "tous les faux prophètes" dans Toutes ces idées qui nous gâchent la vie
Elle présente les enjeux socio-économiques des questions de progrès, d'écologie ou encore d'alimentation mondiale à travers la déconstruction des formules alarmistes courantes. L'auteure propose de contrer la désinformation en rétablissant les faits scientifiques afin de trouver des solutions durables pour la planète.
Pour en savoir plus : Climat : faut-il culpabiliser à tout prix ?, interview de l’auteur sur France télévisions
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact