Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > VEGETATION AUTOMNALE.

VEGETATION AUTOMNALE.

par LUDOVICUS, le 29/11/2019 à 09:46 - 424 visites

S.V.P
Ayant fait, ces derniers temps, un nombre important de randonnées pédestres, en particulier dans les Monts du Lyonnais ; j'ai, et nous avons observés, qu'il y encore assez peu, la plupart des arbres, avaient leurs feuilles vertes , qui forcément jaunissent et tombent désormais, assez vite..
Il s'avère que, j'avais fait pas mal de photos , l'an passé ,et même avant , de ces mêmes lieux, et que, ces photos étant datées, j'ai observé , cette année que la végétation arboricole, avait et a beaucoup plus tenu que les autres années ! C'est pourquoi, on rencontre, dans pas mal de sentiers, des arbres ou des branches cassées, arbres qui, avec le feuillage, n'ont pas résisté au poids de la neige lourde, tombée précocement en ce mois de novembre 19.
Nous avons estimés, approximativement, que la végétation du 28 Novembre 2019, correspondait , à peu près,au vu de certaines photos, à celle , par exemple , du 11 Novembre 2018 !!
Certains disent , que cela serait dû aux épisodes de canicule ,que nous avons connu cet été, et que cela aurait rendu les arbres plus résistants, et expliquerait ce retard au jaunissement des feuilles et à leur chute ! Qu'en pensez vous ? merci d'avance.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 29/11/2019 à 16:17

Bonjour,

Normalement, la baisse de luminosité et de température donnent le signal de départ de la sénescence des feuilles.
Il semblerait donc qu'un automne doux comme celui que l'on a connu permettrait le maintien prolongé des feuilles sur les arbres !

Un article du journal Le Figaro apporte quelques éléments de réponse quant à cette chute tardive des feuilles, même s'il date un peu (2005) :

" L'automne particulièrement chaud et ensoleillé et les sécheresses des trois dernières années ont retardé la perte du couvert végétal.

Dans les zones tempérées, la chute des feuilles est provoquée par la diminution progressive de la photopériode (durée du jour) et l'abaissement des températures. Or, cette année, elles sont tombées exceptionnellement tard. Au début du mois de décembre et malgré un ou deux épisodes venteux, la plupart des essences ont conservé une bonne partie de leur couvert végétal. Le phénomène a été observé aussi bien dans le grand ouest qui a connu une forte sécheresse que dans la moitié est qui a été bien arrosée durant l'été.

A quoi est due cette tombée tardive ?
La question est posée sur plusieurs forums Internet. « On a eu une arrière-saison chaude avec de longues journées bien ensoleillées. L'activité de photosynthèse des arbres a duré jusqu'à la fin octobre », relève Nathalie Bréda, spécialiste d'écophysiologie forestière (Inra-Université Henri Poincaré/Nancy). Pour elle, cette bouffée de chaleur a retardé les processus enzymatiques et hormonaux qui déclenchent normalement le jaunissement et la chute des feuilles. En enfermant des arbres dans une serre chauffée, ont peut provoquer artificiellement ce décalage.

Mais toute une série d'autres interactions encore mal connues peuvent aussi être à l'origine de la chute tardive des feuilles. Les sécheresses successives de 2003, 2004 et 2005 ont sans doute joué un rôle non négligeable. En effet, tous les arbres que le manque d'eau a empêché de constituer des réserves au cours de ces trois années ont pu chercher à en récupérer en laissant ouverts le plus tard possible leurs stomates (les petites ouvertures sur leurs feuilles par lesquelles ils respirent). Cette respiration prolongée des arbres, à ne pas confondre avec la photosynthèse, a été possible cette année. En 2005, en effet, la sécheresse n'a pas été aussi forte que la canicule qui avait provoqué dans certaines zones la chute prématurée des feuilles. Cette dernière avait été provoquée par un blocage brutal de la circulation de la sève consécutif à l'apparition de petites bulles dans les vaisseaux nourriciers.

source : Les arbres n'ont pas voulu laisser tomber leurs feuilles / Yves MISEREY, DOBRITZ - Le Figaro, no. 19089 - Le Figaro, samedi 17 décembre 2005

Nous avons toutefois posé votre question à un spécialiste du Jardin botanique de Lyon.
Nous vous tiendrons informé de sa réponse dès qu'elle nous parviendra.

Bonne journée.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 29/11/2019 à 17:17

Bonjour,

Le Jardinier botaniste de la Ville de Lyon vient de nous répondre et nous l'en remercions vivement ici !
Voici quelques explications :

" Un automne doux, en effet, des canicules, certaines pluies d’automne, les températures, la luminosité… en fait c’est un ensemble de plusieurs facteurs qui fait que les années ne sont pas identiques, par rapport à la coloration des végétaux en automne et la chute des feuilles.
L’exemple de cette année n’est pas unique.
C’est difficile de donner une explication précise à ces phénomènes réunis. Surtout que les différentes espèces d’arbres, par exemple, ne réagissent pas toutes de la même façon…
Le Parrotia persica, par exemple, est connu pour donner des couleurs rouge vif en automne mais certaines années la couleur du feuillage vire davantage au jaune vif ou au violacé. "

Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact