Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Edouard Herriot

Edouard Herriot

par titati, le 01/05/2004 à 17:56 - 8564 visites

Bonjour

Je désirerai savoir de quelle façon est décédé Edouard Herriot;
Merci d'une réponse précise (Date - lieu - circonstances)

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 04/05/2004 à 12:41

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

"[i]Parmi les hommes qui façonnèrent, au cours du XXe siècle, l'histoire de ce pays, il y eut Edouard Herriot[/i]". Porteur des idées humanistes, homme de conviction républicaine, homme de lettres également, il débuta sa carrière à Lyon comme professeur de "rhétorique" au Lycée Ampère, membre du Parti radical, il est élu maire de Lyon en 1905, il a 33 ans. Ministre des travaux publics pendant la première guerre mondiale, président de l'Assemblée nationale de 1947 à 1954.

Depuis 1953 sa santé se dégrade, il démissionne de la fonction de président de l'Assemblée mais reste cependant maire de Lyon. Au mois de novembre 1956 il est hospitalisé à l'Hôpital Sainte-Eugénie (commune de Saint-Genis-Laval) où il reçoit, indépendamment de sa famille, quelques visites officielles, tel que le préfet et le cardinal Gerlier, celui-ci devant quitter Lyon avait donné comme consigne expresse d'être averti à la moindre alerte.

Edouard Herriot meurt le 26 mars 1957, à 16h15 à l'hôpital Sainte-Eugénie. Dans son édition du 27 mars, Le Progrès informe que d'après les médecins qui l'ont soigné jusqu'à la fin, le président a succombé à "un collapsus aigu", c'est-à-dire à un arrêt total de toutes les fonctions. Etaient présents à son chevet, Madame Herriot, des proches et des collaborateurs ainsi que M. Le Troquer, président de l'Assemblée nationale arrivé à Lyon par avion.

Sa mort fera l'objet d'une grande polémique. La veille de sa mort, E. Herriot reçoit la visite du cardinal Gerlier qui restera près d'une demi-heure, pendant laquelle, selon ce qu'a rapporté le cardinal lui-même à Madame Herriot, il a reçu l'extrême-onction et a accepté des obsèques religieuses. La question a été : "[i]a-t-il accepté, en toute conscience, de recevoir les derniers sacrements ?[/i]" Les deux hommes se connaissaient et s'estimaient, et E. Herriot, s'il ne supportait pas le prosélytisme de certains catholiques, appréciait la valeur des hommes, fussent-ils d'Eglise. Henri Hours dans Treize Lyonnais célèbres dit que "[i]depuis une vingtaine d'années Herriot était travaillé par les questions religieuses. Et à la fin de sa vie, il a voulu non pas se convertir, mais se rapprocher de l'Eglise[/i]".

Les principales informations ont été tirées de Edouard Herriot par Louis Muron

Vous pouvez également consulter Le Progrès du 27 au 31 mars 1957 qui retrace avec photos et témoignages la mort et les funérailles du maire de Lyon.
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact