Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > François Mitterrand

François Mitterrand

par Guichet du Savoir, le 13/07/2005 à 11:42 - 4921 visites

Question

Je cherche les sources de deux citations que j'ai lues dans un article sur l'histoire posthume du Mitterrandisme : « l'étrangleur ottoman » et « regardant le sillage et ne daignant rien voir ».

Réponse du service Guichet du Savoir

"L'étrangleur ottoman" est en fait le surnom donné à Edouard Balladur par François Mitterrand.
Quelques articles de presse font référence à cela :
- Interview Pierre Péan; Plaidoyer pour un président - Le Point, 1 février 2002
- Les deux grands vaincus de la droite; Le pari manqué d'Edouard Balladur - Le Figaro, 16 mars 1998
- Après cinq mois passés à Matignon; Jospin-Balladur : l'illusion d'optique - Le Figaro, 11 novembre 1997
- RPR; Polémique Comiti-Devedjian - Le Figaro, 28 juin 1997
- La dernière année d'un président à bout de forces et de rancoeur - Le Monde, 07 janvier 1997

Quant à la citation "regardant le sillage et ne daignant rien voir", nos recherches ont abouti à l'éditorial de Claude Imbert dans Le Point du 13 janvier 1996.
[i]"Il y avait un Mitterrand pour tous les râteliers : un contempteur de l'argent entouré d'aigrefins, un piéton du Paris nocturne ami des arbres landais et des ânes « si doux marchant le long des houx », un amoureux des lumières de Charente et de l'obscurité des cryptes, un érudit sentencieux d'Histoire et de Lettres éblouissant, à sa table, prix Nobel et médiocres courtisans, un esthète à la Ruskin pour une Venise embaumée, un Egyptien de dilection pour l'énigme du Sphinx... Mais aussi un pater familias constant et tendre à ses deux familles et un comédien confirmé qui savait jouer des trombones de la modernité. En somme, un don Juan aux sincérités successives, croyant à ses plus beaux mensonges et qui, sur son grand âge, comme « un vieillard corse sur son banc », s'embarquera crânement vers la mort, « regardant le sillage et ne daignant rien voir »..."[/i]

Réponse du service Guichet du Savoir

Il s'agit en fait d'un vers tiré du poème XV "Don Juan aux Enfers" ("Spleen et Idéal") extrait du recueil de poèmes de Charles Baudelaire intitulé [i]Les fleurs du Mal [/i]:

[i]"Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre
Se tenait à la barre et coupait le flot noir ;
Mais le calme héros, courbé sur sa rapière,
Regardait le sillage et ne daignait rien voir."[/i]

Vous pouvez consulter ce poème dans son intégralité sur le site de l'académie de Strasbourg ainsi qu'à la Bibliothèque municipale de Lyon.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact