Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Démence sénile

Démence sénile

par Guichet du Savoir, le 18/07/2005 à 16:21 - 37035 visites

Question

Pourriez-vous me donner quelques renseignements sur la démence sénile ? (c'est-à-dire vers quel âge peut-elle apparaitre, les symptomes ...)

Réponse du service Guichet du Savoir

DEFINITION :

[i]Démence: Affaiblissement progressif de l'ensemble des fonctions intellectuelles, dû à une probable lésion des cellules nerveuses cérébrales.
Les démences se divisent en deux catégories : les démences symptomatiques, qui sont la conséquence d'une autre maladie bien déterminée, et les démences dégénératives, de cause inconnue ou peu précise.

Les démences symptomatiques sont le plus souvent vasculaires, liées à la répétition d'accidents vasculaires cérébraux. Dans les autres cas, la démence provient d'une autre maladie neurologique (chorée de Huntington, maladie de Parkinson, sclérose en plaques, hématomes cérébraux) ou d'une maladie hormonale (insuffisance thyroïdienne), d'une infection (syphilis, sida).

Les démences dégénératives sont représentées par la maladie d'Alzheimer, avec atrophie cérébrale à prédominance postérieure, la maladie de Pick, où l'atrophie prédomine dans les régions frontales, et les démences séniles, sans atteinte neurologique spécifique marquée. Celles-ci, qui surviennent après 60-70 ans, le plus souvent chez la femme, sont liées à des lésions dégénératives du cortex cérébral. Certains auteurs font des démences séniles une forme tardive de la maladie d'Alzheimer ; d'autres incriminent l'artériosclérose.

source : Larousse médical[/i]


SYMPTOMES :

[i]La démence sénile désigne l'ensemble des détériorations tardives.
Certaines altérations des fonctions intellectuelles (ou cognitives) apparaissent dans tous les états démentiels :
- Les troubles du raisonnement et du jugement sont précoces, et entraînent souvent la consultation à la suite de comportements surprenants que le sujet ne peut motiver. L'entourage professionnel est en général plus prompt à percevoir ce déficit que la famille. La pauvreté des raisonnements est mise en évidence par l'absence de critiques d'histoires absurdes, l'impossibilité d'effectuer des opérations mathématiques simples comportant une règle de trois. Ces capacités sont à évaluer en fonction du niveau intellectuel antérieur.
- Les troubles de la mémoire obéissent aux lois de Ribot, c'est-à-dire qu'ils touchent avec prédilection les faits récents, laissant persister plus longtemps le souvenir des faits anciens. Au début, ils se traduisent par de petits oublis aux conséquences parfois fâcheuses (gaz), ou par l'incapacité à acquérir des comportements nouveaux. Lorsque la démence évolue, le déficit de la mémoire devient global et les souvenirs anciens disparaissent également. Il s'y rattache une désorientation pour le temps, les lieux et la reconnaissance des personnes.
- Les difficultés d'attention perturbent souvent l'examen : le plus souvent inattention, le sujet étant trop facilement distrait par des stimuli extérieurs, mais aussi persévérations sur une idée, qui empêchent l'évolution vers d'autres sujets.
- L'altération des fonctions symboliques est variable. Elle peut être un simple reflet de l'atteinte globale des fonctions intellectuelles, avec par exemple au niveau du langage un discours correctement agencé, mais vide de sens. Ou bien, il existe des atteintes plus focales où le déficit d'une fonction tranche nettement sur le reste de la symptomatologie.

L'affectivité est rapidement modifiée ; c'est fréquemment une indifférence, un désintérêt progressif du sujet pour son entourage et ses propres actes, à l'origine de troubles de l'attention, d'attitudes égocentriques, de repli sur soi, parfois accompagnés de plaintes hypocondriaques. Ailleurs, il s'agira d'une anxiété accrue, d'une irritabilité inhabituelle, d'une labilité émotionnelle avec larmes faciles. A minima, on observe une modification de la personnalité dans le sens d'une aggravation des traits de personnalité antérieurs.

Les comportements sont perturbés. Une perte de l'autocritique et du sens éthique aboutit à des conduites antisociales, en particulier de nature sexuelle ; a minima, le trouble apparaît dès l'inspection, par un inhabituel laisser-aller de la tenue vestimentaire.

L'agitation psychomotrice peut être importante, associée à des troubles du sommeil (inversion du rythme nycthéméral) ou des fugues.

L'évolution spontanée est inéluctable : si on observe des stabilisations, toute amélioration d'une démence est l'indice d'une erreur de diagnostic, ou marque la fin d'un état confusionnel surajouté.[/i]
source : Encyclopédie médico-chirurgicale


IMPACT SOCIAL :

[i]Le vieillissement de la population est un fait majeur des sociétés européennes contemporaines. Les personnes ayant plus de soixante ans seront, en France, dans dix ans, plus nombreuses que les jeunes de moins de vingt ans et, dans cinquante ans, deux fois plus nombreuses qu'aujourd'hui. Ce vieillissement est directement lié à l'augmentation de l'espérance de vie.
La vieillesse n'est pas une maladie. En effet, il faut rappeler que l'allongement de la durée de vie s'est accompagné d'un recul de l'âge de la dépendance. Mais il est aussi des vieillissements pathologiques, liés à une évolution anormalement précoce et importante du processus biologique de sénescence, qui tend à réduire les capacités et à favoriser l'éclosion de maladies dégénératives liées à l'âge.
Parmi ces maladies, la démence sénile que certains qualifient d' « épidémie silencieuse » tient une place particulièrement préoccupante... Aujourd'hui, on estime en France à 700 000 le nombre de personnes âgées fortement dépendantes, dont 500 000 souffrent de démences séniles. La maladie d'Alzheimer touche environ les deux tiers de cette population.
On parle de démence sénile dans la mesure où le taux de démence (toutes formes confondues) augmente avec l'âge. Ainsi, le vieillissement est corrélé à une diminution des possibilités cognitives qui peut parfois devenir pathologique et être responsable d'une démence...
Le nombre de personnes atteintes de démence sénile ne peut qu'augmenter dans les prochaines années, en raison du vieillissement de la population. En effet, l'élément caractéristique des démences séniles révélé par toutes les études épidémiologiques est l'allure quasi exponentielle de la fréquence des démences avec l'âge. Le taux de prévalence est de 3 % entre 65 et 74 ans, 18 % entre 75 et 84 ans et 47 % au-delà de 85 ans. On estime aujourd'hui que 20 % des sujets de plus de 80 ans sont déments. Schématiquement, la maladie d'Alzheimer atteint les sujets âgés de plus de 65 ans et de moins de 90 ans. [/i]

source : Assemblée nationale
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur

Points d'actu !

Des repères
pour comprendre l'actualité
www.pointsdactu.org

mentions légales - contact