Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Beau et joli

Beau et joli

par Guichet du Savoir, le 21/07/2005 à 10:25 - 5921 visites

Question

Quel est la différence entre beau et joli ? Y a-t'il une différence de niveau de langage ?
Joli garçon / Beau garçon ? une jolie fille / une belle fille ? Je ne vois pas de différence et pourtant s'il existe deux mots dans le dictionnaire, c'est bien qu'il doit exister une nuance, non ?


Réponse du service Guichet du Savoir

Il n'existe pas de "vrais" synonymes ; il y a toujours une nuance qui distingue les mots dits de même sens. En l'occurence, le mot beau et le mot joli n'ont pas la même histoire :

Beau, bel, belle : adj. et n. est issu, d'abord sous la forme bel (v. 881) puis biau, beau, du latin "Bellus". Celui-ci est un diminutif familier et ancien de "bonus" (bon) dont la forme la plus ancienne, encore attestée à l'époque archaïque, était duenos, duonos. Bellus, en langue classique, a surtout qualifié des femmes et des enfants avec la valeur de "mignon, joli, charmant, adorable", ne s'appliquant aux adultes que par ironie. [...] En raison de son caractère affectif, "bellus" a tendu dans la langue populaire à remplacer "pulcher" (beau) et, dans une moindre mesure, "decorus" qui exprimait la beauté décente, parée (decorum). [...]
Dès les premiers textes, le mot "beau" qualifie ce qui plait aux yeux, en parlant d'un être (v. 881), d'une chose (v.980), d'un phénomène naturel (1080), d'un mouvement. Le sentiment esthétique peut être causé également par une perception auditive. Dès le XIe siècle, sémantiquement affaibli et indéterminé, beau est employé comme terme flatteur à l'adresse d'une personne estimée (v. 980), usage qui explique son rôle dans la formation de termes de parenté (beau-père, belle-mère, etc.). [...]

Joli, ie : adj. (XIIIe s.), attesté d'abord sous la forme "jolif" (1140, estre jolif de femmes), serait dérivé de l'ancien norraois "jol", nom (pluriel) d'une grande fête païenne de la mi-hiver, ultérieurement assimilée à Noël. [...] Le sens propre du français serait donc "festif". [...]
Le mot est très polysémique en ancien français où il signifit "lascif, ardent" (1140), "joyeux, gai (XIIIe s.), et aussi "tendre", paré, huppé, élégant" (1265) et quelquefois "brave, loyal". [...]
Le champ sémantique du mot s'est simplifié en moyen français et surtout en français classique avec le sens courant de "très agréable à voir ou à entendre" (v. 1360), souvent utilisé à propos des personnes avec un sens très distinct de "beau" ; cette valeur, qui a éliminé toutes les autres, correspond à une atténuation de "beau", avec l'idée d'agrément, de charme, comme pour mignon, gentil. Le mot est également appliqué à des choses (1360) et à des animaux (1690), mais de façon toujours sélective (il semble notamment impliquer une idée de "petitesse").

Source : Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert) publié sous la direction de Alain Rey
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur

Points d'actu !

Des repères
pour comprendre l'actualité
www.pointsdactu.org

mentions légales - contact