Question d'origine :

Bonjour le guichet du savoir ! Je suis tombé ce matin sur un article qui traite d'une bactérie qui lutterait contre l'obésite : lactobacillus gasseri. Comme souvent en matière de régime, je crains les arnaques, les fausses bonnes idées, les dangers pour la santé. Existe-t-il des ouvrages récents qui traiteraient de ce genre d'approche ? Ou si ces livres sont trop pointus pour le commun des mortels, des articles qui évoquerait cela de manière objective ? Merci par avance pour votre aide.

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_san - Département : Médiathèque du Bachut Santé
Le 30/11/2016 à 15h27
Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,

Effectivement, des études ont montré que la lactobacillus gasseri pouvait agir la fixation des graisses et le stockage pour les personnes obèses. Par contre, les études n'indiquent pas une action sur la perte de poids pour les humains non obèses. Bien entendu, certains sites surfent sur de vagues allégations pour vendre leurs produits. Les probiotiques en eux-mêmes ne sont pas dangereux, il faut cependant prendre quelques précautions comme les garder au froid et éviter les contre-indications. N'hésitez pas à demander à un(e) pharmacien(ne) ! Par ailleurs, cette bactérie, aussi appelée super smart, est issue de la flore microbienne du vagin et peut avoir une action sur les ulcères gastriques et les infections vaginales.

"Les probiotiques représentent une classe de suppléments aux applications multiples. Cependant, la corrélation entre l’abondante documentation scientifique et les produits offerts sur les tablettes n’est pas toujours évidente : les études sont généralement effectuées avec des souches de bactéries qui sont la propriété d’une compagnie ou d’un laboratoire et qu’on ne trouve pas nécessairement dans le commerce. Ainsi, on sait que le Lactobacillus GG, de la famille des rhamnosus, est très utile contre la diarrhée. Mais est-ce que l’effet du GG sur la diarrhée est un effet spécifique de cette bactérie ou un effet de classe de tous les rhamnosus? Ce dilemme n’est pas près d’être résolu puisque les études coûtent très cher et que seuls ceux qui ont à y gagner les financent."

Jean-Yves Dionne, pharmacien

Nous vous laissons parcourir les différentes sources que nous avons pu réunir sur le sujet :

« Des études récentes ont suggéré que la modification de la composition de l'écosystème microbien dans l'intestin pourrait être une nouvelle approche dans le traitement de l'obésité. Un tel traitement pourrait consister à modifier la composition microbienne d'un individu obèse par l'administration de micro-organismes bénéfiques, communément appelés probiotiques. L'objectif est d'examiner les preuves concernant l'effet potentiel des souches probiotiques sur la réduction du poids et de la graisse corporelle. Une étude de la littérature existante a été menée en se concentrant sur les essais cliniques qui ont examiné l'effet de micro-organismes spécifiques sur le contrôle du poids corporel. L'analyse de ces articles a montré que Lactobacillus gasseri SBT 2055, Lactobacillus rhamnosus ATCC 53103 et la combinaison de L. rhamnosus ATCC 53102 et de Bifidobacterium lactis Bb12 peuvent réduire l'adiposité, permettant une diminution du poids. Cela suggère que ces souches microbiennes peuvent être appliquées dans le traitement de l'obésité. En outre, la production d'acides gras à chaîne courte et l'inflammation de bas grade ont été trouvés comme les mécanismes d'action sous-jacents qui influencent le métabolisme et affectent le poids corporel. Ces résultats pourraient contribuer au développement du traitement probiotique de l'obésité. D'autres recherches devraient porter sur la combinaison la plus efficace et le taux de dosage des microorganismes probiotiques. »

Source : http://www.wageningenacademic.com

« C’est à une piste très intéressante que se sont attaqués récemment les chercheurs. Plusieurs études semblent indiquer que la flore intestinale des personnes en surpoids serait légèrement différente. Autrement dit, que pour diverses raisons, elle pourrait faciliter le stockage des graisses, donc les kilos en trop. Par contre l’auteur rappelle que le surpoids est un problème multifactoriel. Il ne suffit donc pas de se gaver de probiotiques, il faut aussi bouger davantage, manger mieux, maîtriser son stress, équilibrer sa flore intestinale… »

Livre : Nous avons tous besoin de probiotiques et de prébiotiques / Danièle Festy


La « Lactobacillus gasseri a été associée à une perte de poids à la fois chez les humains obèses et chez les animaux.
Un lien a donc bien été trouvé entre poids et prise de bactéries probiotiques, mais il n'est pas systématique : il dépend du type de bactéries et de l’hôte (humain ou animal). Il faut cependant en tenir compte, comme le soulignent les auteurs dans le communiqué du CNRS : “même s'il existe des biais inéluctables et des conditions expérimentales extrêmement différentes entre les études, l’équipe du Professeur Raoult a montré ici que l’hypothèse d’un lien entre la consommation de probiotiques contenant des Lactobacillus et la régulation du poids était confirmée par l’analyse exhaustive de la littérature“. »

Source : Doctissimo



Avis scientifique sur la justification des allégations de santé relatives à «Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus coryniformis CECT5711» et à la diminution des micro-organismes intestinaux potentiellement pathogènes et à l'amélioration du transit intestinal (ID 937) conformément à l'article 13 du règlement (CE) no 1924/2006.

Suite à une demande de la Commission européenne sur les produits diététiques, une commission a été invité à émettre un avis scientifique sur une liste d'allégations de santé au sens de l'article 13, Règlement 1924/2006. Le présent avis traite de la justification scientifique des allégations sur la "Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus coryniformis CECT5711" permettant de diminuer les micro-organismes intestinaux potentiellement pathogènes et de favoriser l'amélioration du transit intestinal. Les scientifiques se sont concentrés sur les informations fournies par les États membres via une liste récapitulative des allégations de santé et les références que l'EFSA a reçues des États membres ou directement des parties prenantes. Le constituant alimentaire qui fait l'objet des allégations santé est une combinaison des souches 'Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus coryniformis CECT5711'.
Sur la base des données disponibles, le Groupe spécial conclut qu'une relation de cause à effet n'a pas été établie entre la consommation de "Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus
Coryniformis CECT5711 "et la diminution des microorganismes intestinaux potentiellement pathogènes. En ce qui concerne, l’effet sur l’amélioration du transit intestinal, la commission estime que cette combinaison pourrait être bénéfique pour la santé humaine. Le Panel note toutefois les faiblesses des études et les références données ne contenaient aucune donnée scientifique pouvant servir à étayer l'effet revendiqué.
Sur la base des données disponibles, le Groupe spécial conclut qu'une relation de cause à effet n'a pas été établie entre la consommation de "Lactobacillus gasseri CECT5714 et Lactobacillus
Coryniformis CECT5711 "et l'amélioration du transit intestinal.


Source : EFSA European Food Safety Authority



Thèse : Viabilité, propriétés technologiques et effets antiinflammatoires et anti-obésité de nouvelles souches probiotiques dans les produits laitiers de Véronique Demers Mathieu. Dans le cadre d’un doctorat en microbiologie agroalimentaire

L’inflammation chronique peut jouer un rôle important durant le développement de la pathogenèse associée à l’obésité. Il a été démontré que certains probiotiques (Lactobacillus, Bifidobacterium) pouvaient prévenir l’obésité et l’inflammation en réduisant la libération de lipopolysaccharides (LPS) par les cellules épithéliales intestinales. Ces probiotiques ont réduit le poids des cellules adipeuses (le nombre et la grosseur) en diminuant la libération des cytokines pro-inflammatoire (IL-6, TNF-α).

Parmi les cinq candidats probiotiques, Bifidobacteria animalis ssp. lactis Bf141 et Lactobacillus rhamnosus Lb102 ont démontré les meilleurs effets anti-obésité et propriétés technologiques dans les produits laitiers. Les deux souches probiotiques ont survécu au passage gastro-intestinal. Les laits probiotiques ont permis de réduire le gain de poids corporel et le tissu adipeux blanc des souris comparativement au lait sans probiotique. La réduction de poids était plus importante avec la souche Bf141. L’effet anti-obésité a été plus important avec les laits qu’avec les yogourts. Le lait a donc été un meilleur vecteur que le yogourt pour les bactéries probiotiques ayant un effet anti-obésité.

Source : Thèse intégrale


Bonne lecture !


Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire