Question d'origine :

Bonjour Cher Guichet, Existe t-il à votre connaissance des statistiques sur le nombre de femmes en France en age de procréer qui voudraient bien avoir un enfant avec leur partenaire (masculin) et qui ne peuvent pas en avoir ?

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_san - Département : Médiathèque du Bachut Santé
Le 10/12/2016 à 13h33
Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,

Pour répondre à votre question, nous avons consulté la rubrique Naissance-Fécondité-Contraception de l’Institut National des Etudes Démographiques (INED). Nous y avons trouvé des indicateurs statistiques de fécondité, l’évolution des taux d’avortement, l’âge moyen à la maternité…
A propos de la fertilité décroissante des femmes l’INED explique :
« On peut ainsi estimer qu’une femme cherchant à avoir un enfant vers 30 ans a 75 % de chances d’y parvenir en 12 mois, 66 % de chances si elle commence à 35 ans, et 44 % si elle commence à 40 ans. Les risques de ne pas y parvenir du tout sont respectivement de 8 %, 15 % et 36 % »

« Les données sur l’infertilité en France, comme ailleurs dans le monde, sont partielles et incertaines il reste difficile de donner des estimations de l’infertilité dans une population. D’abord parce que les couples peuvent rarement ≪ se savoir infertiles ≫ sans avoir recherché une grossesse : en France, moins de 4 % des femmes de 25-35 ans avaient déclaré dans les enquêtes 1978, 1988 et 2000 (Cocon) qu’elles pensaient ne plus pouvoir avoir d’enfant, alors que le niveau réel de stérilité était surement plus élevé. Ensuite parce que les couples sont peu informes sur le fait que, même avec une fertilité normale, il faut en moyenne plusieurs mois pour obtenir une conception ; le sentiment d’échec dépend donc fortement du degré d’impatience des couples. Enfin parce que la mesure des délais nécessaires pour concevoir, malgre une apparente simplicité, pose des problèmes méthodologiques importants. »
Source : Les troubles de la fertilité - État des connaissances et pistes pour la recherche – Rapport de l’Inserm et de l’Agence de la biomédecine [PDF], présenté le 20 février 2013 à l’Assemblée nationale par Alfred Spira


D’après un article du Figaro, en 2012 10% des couples souffrent d’infertilité faisant allusion à 2 études de population complémentaires: l’Enquête nationale périnatale de 2003 et l’Observatoire épidémiologique de la fertilité en France 2007-2008 dont les résultats ont été présenté dans un numéro spécial du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire du 21 février 2012. 5% des couples ayant consulté pour infertilité seront toujours sans enfant après 2 ans.

A lire dans nos collections pour aller plus loin :
- L'énigme de la stérilité : histoires cliniques / Guite Guérin
- Le guide des couples infertiles / Audrey Leblanc
- Retrouvez ici la liste des ouvrages traitant de la stérilité dans le réseau des bibliothèques municipales de Lyon

Le titre de votre question « Vouloir et pouvoir » nous incite également à porter à votre connaissance une autre enquête publiée par l’INED en 2014 : « Rester sans enfant : un choix de vie à contre-courant [pdf] » dans laquelle 6,3 % des hommes et 4,3 % des femmes déclarent ne pas avoir d'enfant et ne pas en vouloir,
La presse s’est fait à l’époque le relai de cette étude : Le Monde ou Le Figaro par exemple.

Pour aller plus loin :
- Destins de femmes sans enfants [DVD] / Moeglin Isabelle
- Pas d’enfants ça se défend : enquête sur le phénomène des non-parents/ Nathalie Six
- Le choix d'une vie sans enfant / Charlotte Debest; préface d'Érika Flahault. Rennes : PUR, DL 2014

Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire