Question d'origine :

Bonjour ! J'aimerais savoir si les produits complémentaires (tels que les produits nutritionnels ou anti-stress) peuvent être nocifs pour les animaux ? J'ai entendu de différentes sources qu'ils sont excellents, tandis que d'autres disent que ce n'est pas du tout nécessaire et que je ne devrais pas m'en préoccuper. Que suggérez-vous de lire à ce sujet ? Merci d'avance !

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_et - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 15/07/2021 à 08h49
Bonjour,

Commençons par rappeler que nous sommes bibliothécaires et que nos réponses d’ordre documentaire ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un spécialiste ou un professionnel. N’hésitez donc pas à consulter votre vétérinaire, qui sera le ou la plus compétent.e pour vous apporter une réponse adaptée en fonction de l’état de santé de vos animaux et de leur alimentation.

En attendant, citons un avis partagé en ligne par plusieurs vétérinaires sur les compléments alimentaires destinés aux animaux :

« 1,1 milliard d’euros ont été investis par les Français dans des compléments alimentaires en 2013. Cet engouement répond à un besoin de bien-être par l’achat de produits qui se veulent vertueux et « naturels ». Cependant les compléments alimentaires font l’objet de controverses quant à leur composition, leurs propriétés et leurs effets indésirables. Ils sont encadrés par loi depuis 2002 et un plan de surveillance français a été mis en place depuis 2009. La plupart des données scientifiques (en particulier les retours sur les effets toxiques) concernent l’Homme mais ces informations peuvent s’étendre à l’animal.

Un peu de législation

Les compléments alimentaires sont des « denrées dont le but est de complémenter le régime normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique, seuls ou combinés (…) destinés à être prises en unités mesurées de faible quantité » (Directive Européenne de 2002).

La loi française définit 13 vitamines et 15 minéraux mais ne précise pas la dose journalière maximale autorisée. Un arrêté de 2015 fixe une liste de 540 plantes autorisées ainsi que les conditions de leur emploi et de leur production. A cela s’ajoute des « substances à but nutritionnel ou physiologique » comme la caféine, les acides aminés, le pollen…

Ces produits n’ont pas fait l’objet d’Autorisation de Mise sur le Marché qui régit les médicaments : celle-ci impose 10 à 15 ans de recherches avec des études précliniques et cliniques, strictement encadrées par la loi, identifiant la revendication thérapeutique, les indications de traitement, la posologie recommandée, vérifiant les effets indésirables et leur fréquence ainsi que les qualités chimiques et biologiques du produit.

Les compléments alimentaires sont gérés par le DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) pour le côté administratif et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (ANSES) ; celle-ci a mis en place depuis 2009 un dispositif de « nutrivigilance » pour identifier les effets indésirables et recense en 4 ans 1565 déclarations.

Vous pouvez vous procurer librement les compléments alimentaires, en pharmacie, chez votre vétérinaire, en grande surface, en magasin diététique, en grande surface ou sur internet. La qualité des matières premières varie énormément en fonction des circuits de distribution et il faut particulièrement se méfier des achats en ligne où les compositions peuvent contenir des produits interdits en France ou des substances dont les qualités et les quantités n’ont pas été vérifiées en France.

Pour les animaux, il ne faut pas transposer ce qui pourrait être bénéfique à l’être humain à votre chien ou votre chat. Certains éléments sont toxiques pour nos compagnons (Ex : certaines huiles essentielles et plantes sont toxiques chez le chat).

Des effets bénéfiques ?

Pour des animaux en bonne santé


Les compléments alimentaires ne remplacent pas une alimentation de bonne qualité et équilibrée. Les aliments premium contiennent les nutriments, minéraux et additifs nécessaires et suffisants à la bonne santé de votre animal. Si votre animal consomme une ration ménagère, il est en revanche nécessaire de complémenter son alimentation, votre vétérinaire vous aidera, en fonction de ses repas, à trouver le complément alimentaire qui lui convient.

Pour aider dans le traitement de certaines maladies

Les compléments alimentaires peuvent être indiqués dans certains épisodes de convalescence de la vie comme les suites d’une mise bas et d’une lactation, les suites d’efforts physiques intenses (chiens de sport, de chasse), les suites de maladie.

Certains compléments alimentaires sont utilisés en soutien dans le traitement de diverses maladies comme les douleurs arthrosiques, l’insuffisance rénale, l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance hépatique… Certains sont également bénéfiques dans la gestion de certaines urolithiases (cristaux ou calculs urinaires). On les retrouve sous forme de comprimés, de poudre ou d’aliments diététiques.

Les compléments alimentaires ont prouvé leur efficacité dans le maintien et la restauration de la qualité du pelage : acides gras essentiels, acides aminés (biotine, cystine), vitamine (A, PP), minéraux (zinc, cuivre), levure de bière…

Des plantes (passiflore, valériane) ou molécules (alphacasozépine) font partie de compléments alimentaires indiqués dans les troubles anxieux mineurs, ils apportent une amélioration du comportement en complément d’une thérapie comportementale.

Ces compléments alimentaires apportent un réel soutien des fonctions vitales mais ne devraient être utilisés que sur avis médical.

De nombreux produits peuvent être trouvés dans divers circuits de distribution, aucune garantie d’efficacité n’est assurée, tous les compléments n’ayant pas les mêmes effets, les mêmes compositions il est important de demander l’avis de votre vétérinaire.

Des dangers ?

Concernant les dangers des compléments alimentaires, la plupart des retours et des études sont issues de données de la médecine humaine. Chez le chien, des études de toxicité et d’évaluation de dose maximales ont été menées sur l’incorporation de la vitamine A dans l’alimentation des chiots par exemple.

De manière générale, il convient d’éviter des prises prolongées, répétées ou multiples de compléments alimentaires sans avis d’un professionnel de la santé. Il faut respecter les conditions d’emploi et signaler à un professionnel tout effet indésirable.
• Par principe, ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est inoffensif, au contraire !
• Ex : la levure de riz rouge (« produit anticholestérol ») provoque des atteintes musculaires et hépatiques graves.

Les compléments alimentaires contiennent des substances actives sur l’organisme, ils ne doivent pas être utilisés à la légère sur la simple indication de l’étiquette. Certains peuvent avoir des interactions avec des traitements médicamenteux en cours.
• Ex : Chez l’Homme, les produits contenant du millepertuis, du magnésium, du calcium, du fer ou du ginkgo ont des interactions avec d’autres médicaments ; le millepertuis (« antidépresseur naturel ») par exemple interagit avec une vingtaine de médicaments dont les pilules contraceptives, les anxiolytiques et les traitements immunosuppresseurs.

Il faut se méfier des contrefaçons et des études de l’ANSES ont montré des différences entre la composition écrite et la composition réelle du produit.
• Selon le procédé de fabrication, les molécules extraites des plantes peuvent être différentes et toxiques (méso-zéaxanthine au lieu de zéaxanthine indiquée sur l’étiquette).
• Chez l’Homme sur 130 produits amaigrissant analysés, plus de la moitié sont non conformes (compléments renfermant des produits interdits en France, contenant des substances susceptibles d’induire des troubles cardiovasculaires ou cancérigènes).

De façon plus large, un certain nombre de compléments alimentaires n’ont pas prouvé l’amélioration qu’ils annonçaient.
• Ex : les acides gras oméga 3 et les vitamines B n’ont pas d’effet sur la prévention des maladies cardio-vasculaires chez l’Homme.

Dans certains cas, les compléments alimentaires s’avèrent nocifs.
• Ex : Les risques de cancer du sein sont augmentés chez les femmes consommant des oméga 3 en association avec des traitements hormonaux de la ménopause.

Vigilance est donc maître-mot dans le domaine des compléments alimentaires. Les contrôles ont été nettement renforcés mais le consommateur doit être le premier acteur de cette vigilance. Il faut s’abstenir d’utiliser des compléments alimentaires dont les données scientifiques sont contradictoires et trouver des informations autres que celles des industriels.

Pour être en bonne santé, les spécialistes l’affirment, rien ne vaut une alimentation équilibrée et dans les cas particuliers visant à soulager une maladie, demandez conseil à un professionnel et ne faites pas confiance aux forums et autres sites marchands d’internet. »
Sources consultées :
Clinique vétérinaire du Parc, Vittel
Clinique Vétérinaire de Livarot
Clinique vétérinaire des Dômes à Cournon


Un article de Santé Vet sur le sujet insiste également sur l’importance de consulter votre vétérinaire avant de donner des compléments alimentaires à votre animal :

« Est-il utile de donner des compléments alimentaires à son chien ou chat, notamment à l’approche de l’automne ? Tout dépend de la manière dont est nourri l’animal, son mode de vie, son âge et son état de santé général. Dans tous les cas, il faut s’en référer aux conseils du vétérinaire.

A l’automne, on parle souvent de cure de vitamines ou de compléments alimentaires pour les humains.

Certains maîtres ont tendance à vouloir calquer ce principe sur leurs animaux domestiques, ce qui n’est pas nécessairement une bonne chose. Aussi bien à cette saison qu'à une autre, d'ailleurs !
Un complément alimentaire peut être distribué notamment si le chien ou le chat est nourri avec une alimentation ménagère.

Mais pour ne pas commettre d’erreur (carences ou excès), l’avis du vétérinaire est important.

Dans le cas d’une alimentation industrielle de qualité et dès lors que l’animal ne présente pas de problèmes particuliers, il ne sera pas utile de complémenter sa ration.

Cela n’interdit pas toutefois de distribuer – à bon escient – une friandise. Mais elle aussi devra être adaptée aux animaux.

Ne pas distribuer n’importe quel complément et n’importe comment !

Les compléments (comme pour soulager les douleurs, renforcer le cartilage, entretenir la beauté du pelage, affronter les rigueurs de l’hiver, aider à l'élimination des boules de poils chez le chat, etc.) et les vitamines, de manière générale, ne doivent pas être distribués n’importe comment. Et surtout pas achetés n'importe où !

Il est possible que votre compagnon en ait effectivement besoin (animaux en croissance, convalescence, séniors…).

Mais n’en faites pas l’acquisition sans demander conseil au vétérinaire ou à son équipe. Il en jugera de l'utilité, vous conseillera le produit adapté en vous en indiquant la posologie à respecter ainsi que la durée du traitement. »
Source : Vitamines, compléments pour chien et chat : est-ce utile ?


Vous trouverez aussi l’avis d’un vétérinaire sur les compléments alimentaires dans cet article de Santé Magazine : Des compléments alimentaires pour mon chien ou mon chat ?


Pour finir, nous vous rappelons que le Guichet du Savoir n’a pas vocation à servir de plateforme publicitaire. Nous nous réservons le droit de supprimer tout lien ou message à caractère publicitaire ou commercial, comme précisé dans notre Foire aux questions.


Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire