Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Symboles Chronos, Kairos et Aiôn

Symboles Chronos, Kairos et Aiôn

par Makimy, le 01/11/2015 à 14:26 - 6564 visites

Bonjour,

Je souhaite savoir quels sont les symboles des trois notions du temps en Grèce Antique.

J'ai trouvé cette représentation sur Internet et j'aimerais savoir si elle est juste.

Image

Merci d'avance !

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 03/11/2015 à 10:58

Bonjour,

Voici ce qu'indique le Dr G.E.R. Lloyd dans Le temps dans la pensée grecque
C’est ainsi que l’un des termes généraux les plus courants pour désigner le temps en grec classique, chronos est utilisé chez Homère pour désigner des intervalles de temps et seulement dans certains types d’énoncés. Aion, mot qui a fini par signifier la durée de la vie, l’âge ou la génération, et chez Platon et les auteurs postérieurs l’éternité, signifiait à l’origine « vie »/ « force vitale », si l’on en juge d’après les expressions hométiques où il est question de l’aion d’un homme qui le quitte au moment de sa mort. Un autre mot grec plus tardif kairos, moment convenable ou opportun, ne se trouve pas chez Homère, bien que l’adjectif Kairos y soit utilisé dans un sens spatial (et non temporel), pour indiquer le lieu ou frappe un coup mortel. Deux des mots les plus importants employés par Homère sont emar, jour, fréquemment utilisé dans des expressions comme nostimon emar, le jour du retour, et doulion emar, le jour de la réduction à l’esclavage, et hôra. Ce dernier mot est utilisé pour désigner à la fois les saisons et le moment qui convient à une action ou à une activité, tel que le moment de faire un récit ou le temps du mariage.
Homère utilise des termes généraux pour indiquer les principales périodes de temps, années, saisons, mois, jours. Parmi les expressions désignant le passage des années (otos, eniautos) il en est certaines où le verbe est précédé du préfixe peri, qui suggère peut-être l’idée que les années re-viennent, bien que dans d’autres expressions le verbe soit précédé du préfixe epi, qui suggère que les années sur-viennent. L’année se divise en trois saisons, le printemps, l’été et l’hiver (le mot pour hiver, cheimon, signifie aussi « tempête »). Le mot opora, ultérieurement utilisé pour signifier l’automne, se réfère littéralement à la maturation des fruits et des graines et a ce sens chez Homère...


Autre extrait du Dictionnaire des Idées (Les Dictionnaires d'Universalis) / Encyclopaedia Universalis
Du temps de la fable au temps du sujet
Ses différentes désignations grecques et latines sont un premier indice de la multiplicité de ses aspects : Aïôn, c’est le temps qui renaît indéfiniment et qu’Héraclite compare à un enfant qui joue, se livrant à un jeu dont les mortels sont inévitablement les perdants. Chronos, c’est le temps « objectif » de la succession des événements du monde. Tempus, c’est le temps grammatical de la langue, qui nous permet de distinguer clairement passé, présent et futur . A cette liste on peut ajouter, entre autres, l’adverbe exaiphnès, qui dit la fulgurance de l’instant, et le nom kairos, le temps favorable ou défavorable à certaines actions périlleuses : fondation d’une colonie, expédition militaire, intervention chirurgicale, etc. Le temps se dit de multiples manières, pourrait-on avancer, en écho à Aristote.
Surtout préoccupés par le problème du rapport entre le devenir et l’être, les premiers penseurs grecs, récusant les représentations mythiques du temps, s’attelèrent à la tâche de clarifier les rapports entre les puissances antagonistes de Chronos et de Logos, la Raison : le temps est-il intelligible ou non ? Pour Platon et Plotin, ce n’est qu’en comparaison de l’éternité qu’il peut être entendu, comme le suggère la définition aussi célèbre que mal comprise du temps comme « image mobile de l’éternité » (Timée, 37d). …


Peut-être pouvez-vous aussi consulter Du temps chez Platon et Aristote : quatre études de Rémi Brague dont vous trouverez une présentation dans cet article :
Deschepper Jean-Pierre. Rémi Brague, Du temps chez Platon et Aristote. Quatre études. In: Revue Philosophique de Louvain. Quatrième série, tome 82, n°53, 1984. pp. 109-115.
Les notions de Timée et Aïôn sont présentées.

Autres articles :
- Représentations du temps et formation / Xavier Cosnard
- Le temps, « père de toutes choses » / Simondon. Chronos - Kronos. In: Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 83, numéro 2, 1976. pp. 223-232.
- L'accélération du temps juridique / publié par Philippe Gérard, François Ost, Michel van de Kerchove à partir de la page 78.

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
cron
mentions légales - contact