Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > place A.Gourju à Lyon 02

place A.Gourju à Lyon 02

par DHN, le 27/04/2021 à 14:48 - 160 visites

Bonjour,
pouvez-vous me donner quelques renseignements (tous domaines) sur l'immeuble situé au N°3 de la Place A.Gourju, entre la rue du Plat et le quai de Tilsitt.
Par avance merci.
DHN

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 29/04/2021 à 11:19

Réponse de la Documentation régionale

Nous n'avons pas identifié d'immeuble portant le n°3 sur la place Antonin Gourju. Au vu de votre description de l’emplacement, nous supposons que vous vous intéressez à l’immeuble comportant deux tourelles situé au Sud de la place Antonin Gourju, dont l'entrée est située au 2 rue du Plat, voir les plans parcellaires de la Ville de Lyon (plan de secteur 183).

On trouve dans la Revue du Lyonnais (série 5 - n°23, 1897 ) une communication d’Ernest Pariset consacrée aux entrées solennelles à Lyon et les embellissements de la ville, intitulée Souvenirs lyonnais de 1496 à 1896. III Les résidences. Les pages 204-205 s’intéressent à l’histoire d’une maison désignée sous le nom de maison du « Palais royal », « Hôtel du roi » ou encore « Petit Louvre », situé « à l’entrée du pont Tillsitt sur la rive gauche de la Saône ».
En voici quelques extraits :
« Pour terminer en ce qui concerne les résidences des rois ou princes reçus solennellement à Lyon, je citerai trois maisons qui n’ont aucun caractère officiel : la maison de Chaponay où logea Louis XIII en 1690, et qui, par ce fait, a été depuis lors désignée sous le nom de « Palais du Roi » (…) »
« (…) Il conservait encore, au commencement du XIXe siècle, le caractère d’hôtel Louis XIII, avec deux tourelles latérales et terrasse. Il a été défiguré par l’exhaussement qu’il a subi. Cochard, dans sa Description historique de Lyon, 1817, dit que cet hôtel fut bâti par un sieur de Chaponay Feyzin, sur un terrain acheté en 1574 de l’archevêque de Marquemont. (…). »
Nous vous laissons lire la suite en ligne. L’auteur met en garde le lecteur sur le risque de confusion avec le palais de Roanne désigné également sous le nom de « Palais royal », et lui préfère les noms d’ « Hôtel du roi » et de « Petit Louvre ». Attention, une maison désignée comme « Petit louvre » existait également à la Croix-Rousse !

Dans la Description historique de Lyon ou notice sur les monumens remarquables et sur tous les objets de curiosité que renferme cette ville publiée en 1817 (lire p. 63 et 308) citée par Ernest Pariset, Cochard situe l’acquisition du terrain par Pierre de Chaponay-Feyzin en 1614 et non en 1574. La construction du « Petit Louvre » daterait donc du 17e siècle.

Voltaire a séjourné à « l’auberge du Palais Royal », située au coin de la rue du Plat » lors de son séjour à Lyon en 1754, voir Voltaire et la société française au XVIIIe siècle, Volume 5, par Gustave Desnoiresterres, 1875 sur Google books

Dans son article de la Revue Lyonnaise, Ernest Pariset mentionne également une note intéressante au sujet de cette maison parue dans Lyon ancien et moderne, 1838-1843, tome 1, p. 197.
En voici un extrait :
« Le Palais-Royal est au nombre des maisons particulières que la grandeur des souvenirs devrait sauver de l’oubli, et surtout du vandalisme. Malheureusement il n’en a jamais été ainsi (…) L’emplacement du Palais-Royal a subi bien des métamorphoses. Là se sont superposées de successives constructions qui figurent sur les plus anciennes cartes de notre cité. (…) C’est «[Pierre de Chaponay] qui fit bâtir le Petit Louvre à l’entrée du port de Rontalon, appelé Port Royal (…) le 22 septembre 1630, le Petit louvre reçut Louis XIII à son retour de Savoie. (…) Ce fut à cette époque, et comme souvenir du séjour forcé que Louis XIII y avait fait que le Petit Louvre changea son nom en celui de Palais royal. Cette maison, flanquée de ses deux petits pavillons, conservait encore, en 1837, le cachet de son architecture primitive ; mais, depuis, elle a été, dans des vues de lucre, exhaussée et dénaturée. Par suite de cette maladroite restauration, le Palais-Royal est devenu quelque chose sans plan et sans nom, qui ne pourrait pas même avoir la destination d’une caserne ».
Vous pouvez lire l’intégralité de cette note sur Numelyo, p. 197-198

Vingtrinier, dans Le Lyon de nos pères, écrit : « C’est depuis ce séjour du roi que l’hôtel de Rontalon s’est appelé le Petit-Louvre ; il recevra plus tard le nom de Palais-Royal, qu’il gardera quand il deviendra, au commencement du XIXe siècle, d’abord un hôtel de voyageurs, puis, exhaussé et défiguré, une simple maison de location. »
A lire sur Numelyo.

Si les auteurs précédents parlent d’un « exhaussement » de la maison du palais royal réalisé peu après 1837, nous ne savons pas s’il reste des éléments du bâtiment original dans l’immeuble actuel. Les sources suivantes laissent à penser que l’essentiel (voir l’intégralité) du bâti actuel date du 19e siècle.

Dans Lyon, entre Bellecour et Terreaux : urbanisme et architecture au XIXe siècle de Bernard Gauthiez, cette parcelle figure sur la carte des destructions intervenues entre 1745 et 1835 dans le centre de Lyon (p. 16, figure 1) et des constructions nouvelles dans le centre de Lyon, 1745-1835 (p. 19, figure 2).

Si l’on en croit le plan géométral du quartier de l’Arsenal de 1811 (archives municipales de Lyon) et le plan cadastral de 1831 section K dite de Bellecour (feuille n°1), l’emprise au sol du début du 19e siècle diffère de celle de l'immeuble actuel, du moins concernant la partie Est.

Nous avons trouvé dans la base Presse lyonnaise numérisée (consultable dans Numelyo) un article du Censeur du 8 juillet 1844 paru sous le titre « Plan de la ville. Midi (2e article) », qui commente les projets d’urbanisme figurant sur un plan nouvellement paru et consacre quelques lignes à la « maison du Palais-Royal » :
« Tout le monde a remarqué l’irrégularité de la maison du Palais-Royal, dont la reconstruction date de peu d’années. La presse locale s’expliqua à ce sujet, on passa outre, et, dans le nouveau plan, cette maison doit être rétrécie d’un côté, élargie de l’autre, afin de se raccorder en même temps au pont Tilsitt et à la façade de la Saône. »

A défaut d’une généalogie complète de l’immeuble anciennement dit du « Palais royal », vous voici déjà nanti de quelques informations qui vous permettront de prolonger vos recherches.

Vous pouvez continuer la recherche dans la presse numérisée sur Numelyo ainsi que dans le Salut public sur Lectura plus.

Pour connaitre l’usage qui a été fait des lieux depuis le 19e siècle (hôtel, café…), vous pouvez consulter les différents annuaires, almanachs et guides de l’étranger de Lyon conservés à la bibliothèque ou dans les services d’archives municipales et départementales, en prenant en compte les variations d’adresse :
- Rue du plat dans l'Almanach historique et politique de la ville de Lyon et du département du Rhône pour l'an ... 1807
- quai port du roi dans le Dictionnaire-Indicateur, ou le Guide indispensable de l'étranger à Lyon de 1843
- 2 rue du Plat et 2 rue Louis le Grand sur le plan parcellaire de 1864
- 14 quai des Célestins dans l’[url=https://www.google.fr/books/edition/Armorial_des_bibliophiles_de_Lyonnais_Fo/3TpAAAAAYAAJ?hl=fr&gbpv=1&bsq=quai+Célestins]Armorial des bibliophiles de Lyonnais, Forez, Beaujolais et Dombes[/url] Volume 1 de 1907.

En vous souhaitant bonne continuation pour vos recherches !
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact