Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > rené Descartes empoisonné ?

rené Descartes empoisonné ?

par pinous57000, le 06/10/2020 à 22:51 - 139 visites

Chères amies historiennes (idem pour les hommes )

Pour lever cette énigme, ne pourrait-on pas, simplement, exhumer le corps de l’illustre supposé empoisonné, pour faire rechercher la présence d'arsenic ?


Bien amicalement à toustoutes (ou inversement)
Pinous 57000

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 08/10/2020 à 11:29

Bonjour,

Les restes funéraires de René Descartes reposent dans une chapelle abbatiale de l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris depuis le 26 février 1819. Il ne semble pas avoir été question de les exhumer pour y rechercher des traces d'arsenic. Nous n'avons en tous cas pas trouvé trace de tels projets dans les documents que nous avons consultés.

Le crâne de Descartes, séparé de son corps avant son inhumation dans un cimetière de Suède, aurait été [donné] par un chimiste suédois, Jacob Berzélius, à Georges Cuvier qui l'aurait confié à la collection anatomique du Jardin des plantes, puis à celle du Musée de l'Homme en 1931. L'authenticité de la relique a parfois été remise en cause.
Nous avons toutefois interrogé le Musée de l'Homme pour savoir si des tests de présence d'arsenic ont déjà été réalisés ou envisagés. Nous vous tiendrons informé.e de sa réponse dès qu'elle nous parviendra.

Pour en savoir plus sur la dépouille de René Descartes, vous pouvez consulter ces documents :
- Wikipedia
- Crâne de Descartes / Musée de l'Homme
- Le crâne de Descartes
- Mais qu'avait donc René Descartes dans le crâne ? / Sciences et avenir

Bien cordialement

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 12/10/2020 à 14:28

Bonjour,

Selon un spécialiste que nous avons contacté au Musée de l'Homme, il n'y a pas eu de prélèvements pour analyse sur le crâne de Descartes. Ce serait d'ailleurs essentiellement dans les dents que l'on pourrait trouver des traces d'éléments chimiques, mais, comme vous le savez sans doute, le maxillaire supérieur est édenté et le maxillaire inférieur est absent.
Les restes de Descartes, qui avaient été rapatriés de Suède et réinhumés dans l'église Sainte-Geneviève, ont été transférés après la Révolution dans l'église Saint-Germain. Or, tout porte à croire qu'à l'époque on n'a pas fouillé au bon endroit (cf. Russell Shorto, Le squelette de Descartes - Une histoire d'os sur le conflit entre la foi et la raison, Télémaque, 2010, 312 p.).

Il a d'ailleurs corrigé notre première réponse en indiquant que le grand chimiste Jöns Jacob Berzélius n'a pas "vendu" le crâne à Georges Cuvier, mais lui en a fait don pour le Muséum national d'histoire naturelle après l'avoir racheté à son acquéreur lors d'une vente aux enchères. L'histoire de cette restitution, ainsi que l'histoire des tribulations du crâne après le rapatriement des restes de Descartes, est bien documentée dans les archives du Muséum :
[...] "Je vais avoir l’honneur de vous faire une communication assez curieuse. Dans une séance de votre Académie des Sciences, où je fus présent pendant mon séjour à Paris, j’entendis le rapport fait par des membres de l’Académie qui avoient été présents au transport des ossements de Descartes, je crois de l’église Sainte-Geneviève à un autre endroit. On y annonça qu’il y avait des parties manquantes au squelette, et, si je ne me trompe, que c’était la tête qui manquait. Quelqu’un parmi les Académiciens répondit alors que les ossements de Descartes étaient arrivés de Suède dans cet état incomplet. Cette circonstance me frappa. Une chose qui avait appartenu à Descartes était certainement une relique précieuse, mais ôter une partie si essentielle de sa dépouille mortelle, redemandée par la patrie de ce grand homme, me parut un sacrilège, que l’on ne devait reprocher aux Suédois, sans en être bien assuré.
Mais quelle fut ma surprise, lorsqu’il y a un mois, je lus dans une de nos gazettes, que parmi les effets de feu M. Sparrman, on venait de vendre à un encan le crâne de Descartes pour la valeur de 57 fr. En me rappelant ce que j’avais entendu à Paris, je me décidais à me procurer cette tête, car même si elle [n'] était pas de Descartes, je trouvais indécent qu’une tête, qui passait pour la sienne, fût peut-être vendue encore une fois comme un objet de curiosité. Par un heureux hasard j’appris que ce crâne venait être acheté par un certain M. Arngren. Je lui proposais de me le céder au prix qu’il voudrait bien fixer, afin que je pusse l’envoyer à Paris pour être joint[e] aux autres restes du célèbre Philosophe français. M. Arngren eut la complaisance de me dire que pour un but si louable il consentait à me céder le crâne aux prix qu’il l’avait acheté lui-même." [...]

Nous remercions ce spécialiste pour sa contribution.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact