Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Pourquoi RVB et pas RJB ?

Pourquoi RVB et pas RJB ?

par FlorentinF, le 17/11/2020 à 18:14 - 221 visites

Bonjour le Guichet,
Dans le code RVB pourquoi le vert est remplacé par le jaune alors que les couleurs primaires sont les couleurs suivantes : rouge, bleu et jaune.
Merci de votre attention

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 18/11/2020 à 14:28

Bonjour,

En peinture, les trois couleurs primaires sont traditionnellement le rouge, le jaune et le bleu : ce sont les trois couleurs à partir desquelles on obtient, par mélange, les couleurs secondaires. Ce système repose sur la synthèse soustractive des couleurs :

« La synthèse soustractive des couleurs exploite la faculté des pigments ou des colorants d'absorber la lumière dans un certain domaine de longueurs d'onde : les pigments ou les colorants soustraient donc ces dernières à la lumière blanche en se réfléchissant sur le support (feuille de papier par exemple), comme le feraient des filtres colorés. »
Source : futura-sciences.com

Mais la synthèse reposant sur les couleurs primaires rouge / jaune / bleu ne permet pas de restituer parfaitement toutes les couleurs. Il est par exemple impossible d’obtenir un vrai magenta. C’est pourquoi en imprimerie (où c’est toujours la synthèse soustractive qui est exploitée), les couleurs primaires sont légèrement différentes : magenta, jaune, cyan :

« En imprimerie, à partir des trois couleurs primaires, cyan, magenta (un rouge pourpre), et jaune, en proportions variables, on obtient toutes les autres couleurs. En particulier, les couleurs secondaires ou complémentaires résultent du mélange de deux couleurs primaires : rouge, vert, bleu (voir image ci-dessus). La dénomination de couleur complémentaire vient du fait qu'en mélangeant une couleur primaire et sa couleur complémentaire - cette dernière étant obtenue en mélangeant les deux autres couleurs primaires -, on obtient du noir. En réalité, c'est un gris foncé qui est obtenu ; c'est pourquoi on emploie en imprimerie une encre noire en plus des trois encres cyan, magenta et jaune : c'est le procédé de quadrichromie CMJN (cyan, magenta, jaune, noir). »
Source : futura-sciences.com

Image
Source de l’image : Wikipedia


Les couleurs projetées sur un écran ne reposent pas sur la synthèse soustractive, mais sur la synthèse additive :

« Son principe

Elle consiste à superposer des faisceaux de lumière colorées afin d’obtenir une nouvelle lumière polychromatique qui sera perçue d’une couleur différente de celle des lumières additionnées et équivalente à l’une des lumières monochromatique du spectre visible.

Ses couleurs primaires

Les couleurs primaires de la synthèse additives coïncident avec les couleurs auxquelles sont sensibles les trois sortes de cônes qui tapissent la rétine de l’oeil humain: le rouge, le vert et le bleu. La combinaison de ces couleurs primaires avec des intensités lumineuses variables permet de synthétiser toutes les couleurs et teintes du spectre visible.

Addition des couleurs primaires
Si les couleurs primaires sont additionnées avec des intensités lumineuses égales alors les couleurs obtenues sont les suivantes:
• vert + rouge = jaune
• vert + bleu = cyan (proche bleu clair)
• rouge + bleu = magenta (proche du violet clair et du bleu)
• bleu + vert + rouge = blanc

[…]Les couleurs complémentaires en synthèse additive
Deux couleurs sont dites complémentaires si leur addition donne du blanc.
Si deux lumières rassemblent toutes les couleurs primaires alors elles sont nécessairement complémentaires : Par exemple, le cyan (combinaison de bleu et de vert) est complémentaire du rouge (on peut aussi dire que le rouge est complémentaire du cyan).
Ainsi les principales couleurs complémentaires sont:
• rouge et cyan
• jaune et bleu
• magenta et vert

Synthèse additive des couleurs par un écran
Les écrans (de télévision, d’ordinateur, de téléphone, de tablette etc) exploitent la synthèse additive. Ils comportent de petites unités de surface appelées pixels qui sont subdivisés en trois zones (des sous-pixels) pouvant chacune émettre l’une des couleurs primaires avec une intensité variable. Les sous-pixels sont si petits qu’ils ne peuvent être distingués individuellement, pour l’oeil humain leurs lumières colorées se superposent suivant les principes de la synthèse additive.
Source : webphysique.fr

Image
Source de l’image : Wikipedia


Pour aller plus loin :

- Les couleurs : synthèse additive et soustractive, methodephysique.fr
- La couleur dans le monde réel et dans le monde numérique, Jean-Paul Haton, Académie Lorraine des Sciences


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact