Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

farine glacière
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=73787
Page 1 sur 1

IONA [ 19/12/2017 à 12:25 ]

Bonjour,
J'ai vu un documentaire télé et j'aimerai retrouver le nom des premières cellules vivantes servant de nutriment au plancton. Ces organismes primordiaux vivent dans la couche intermédiaire entre l'eau salée de l'océan arctique plus profonde et l'eau douce des fjords glaciaires charriant le limon minéral des glaciers. Ils se nourrissent eux mêmes de silice et ont une forme de sarcophage à deux têtes avec une sorte de colonne vertébrale.
Pouvez-vous m'éclairer sur ce mystère?
Merci,
ce documentaire sur les volcans et glaciers est passé jeudi 14 je crois sur France 5 ou sur Arte ou sur la 6 , impossible de retrouver la vidéo?

Réponse attendue le 22/12/2017 - 12:12


gds_et [ 20/12/2017 à 12:03 ]

Bonjour,

Le phytoplancton, plancton végétal constitué d’algues unicellulaires, est le premier maillon de la chaîne alimentaire marine. Nous supposons que les organismes auxquels vous faites référence sont les diatomées, espèces présentes (entre autres) dans l'océan arctique et qui ont pour caractéristique de s'entourer d'une capsule de silice protectrice.

« Le phytoplancton, première étape de la vie marine

Les algues du plancton poussent en surface, dans les premières dizaines de mètres, là où la lumière permet la photosynthèse ; en effet, comme pour les végétaux terrestres, le phytoplancton a besoin d’éléments minéraux et de lumière pour se développer. Il existe des milliers d'espèces d'algues planctoniques, toutes microscopiques : premier maillon de la chaîne alimentaire marine.

[…]La vie planctonique, dans l’océan Arctique

Pendant la nuit polaire, la poussée d'algues planctoniques s'arrête. Au dégel, rejets de saumures et d'organismes piégés dans la glace, courants et ruissellements enrichissent en éléments nutritifs les eaux, en bordure de banquise. Avec le retour du soleil, la vie marine se réveille, relançant la chaîne alimentaire. En été, les microalgues poussent même sous et dans la banquise !

[…]La vie dans la banquise

Parfois la banquise se colore de brun et dégage une odeur particulière à cause de la multitude de diatomées qui y poussent, attachées à la face inférieure de la glace.
Mais à l'intérieur de la banquise elle-même, la vie s'installe entre les cristaux de glace douce, dans les fins chenaux de saumures. Un réseau alimentaire complet, algues planctoniques et décomposeurs (bactéries)se développe ainsi. Certains de ces organismes passent toute leur vie dans la banquise, d'autres seulement une partie. Mais tous sont adaptés à de grands écarts de salinité et d'éclairement. Ainsi, même durant l'hiver arctique, certaines algues continuent la photosynthèse en profitant des très faibles lueurs de la nuit polaire.
Ces organismes proviennent du monde marin mais aussi des fleuves environnants. À l'automne, au moment de la prise de la banquise, ils restent accrochés à la glace. La diversité des espèces et leur quantité est d'abord faible, mais au printemps, leur développement puis celui de leurs consommateurs explosent. Dans la banquise vieille de plusieurs années, qui a donc connu plusieurs cycles de ce type, on retrouve des bandes successives de communautés microscopiques datant les différentes "floraisons". »
Source : Jean-Louis Etienne

Les diatomées se caractérisent « par le fait qu'elles sont les seuls organismes unicellulaires à posséder une structure externe siliceuse enveloppant totalement la cellule. Transparente et rigide, cette enveloppe, appelée frustule, possède une architecture complexe qui définit l'espèce dans la nomenclature. La silice qui compose le frustule dite silice biogénique, est amorphe, c'est-à-dire qu'elle est faiblement cristallisée. La formation de la silice biogénique, ou silicification implique des molécules organiques qui vont guider la formation du frustule et y inclure des composants organiques. Le frustule est formé de deux thèques emboîtées à symétrie remarquable. Les diatomées se divisent en deux groupes en fonction de la symétrie de leur frustule. Les centriques, à symétrie radiale, dont la forme générale est celle d'une boite de camembert et les pennées dont le frustule possède une symétrie bilatérale ou transversale.

[…]comme l'ensemble des éléments phytoplanctoniques, elles sont des producteurs de matière organique alors que les autres êtres vivants, dépourvus de chlorophylle, ne sont que des transformateurs de la matière produite par le phytoplancton. Au printemps, dans les eaux arctiques, la masse des diatomées est de 2 à 20 grammes par mètre cube d'eau. Chaque année, 200 à 600 grammes de carbone, sous forme de dioxyde de carbone, sont incorporés dans la matière vivante par mètre carré d'océan. La production annuelle de matière organique (sèche) dans les océans est estimée à environ 25 milliards de tonnes.

Fabriquant de la matière vivante à partir d'éléments minéraux, les diatomées sont à la base des réseaux trophiques. Elles sont consommées par les animaux herbivores du plancton : petits crustacés (copépodes et euphausiacés), larves de crustacés, alevins de poissons, et quelques poissons ayant un régime herbivore (anchois, sardines… ). Ces espèces sont ensuite elles-mêmes consommées par des prédateurs supérieurs. »
Source : Wikipedia


Pour aller plus loin :

- Le manuel du plancton, Pierre Mollo, Anne Noury
- Plancton : aux origines du vivant, Christian Sardet
- Tara océans : chroniques d'une expédition scientifique, Eric Karsenti & Dino Di Meo
- Tara océans : le monde secret, réal. de Michael Pitiot, Thierry Ragobert, Frederic Lossignol (DVD)
- L’Arctique sous le microscope, Musée canadien de la nature
- Marie-France SIMON, Diatomées, Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 décembre 2017.


Bonne journée.

Réponse attendue le 23/12/2017 - 12:12