Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > quel combustible pour la flamme olympique 2012?

quel combustible pour la flamme olympique 2012?

par AREN, le 01/02/2012 à 11:45 - 1422 visites

Bonjour,

Alors que nous travaillions avec un groupe de stagiaires sur les JO et les énergies, une question s'est posée à laquelle nous n'avons su trouver de réponse:

Quel combustible alimentera la flamme olympique (de la torche plus précisement) lors des jeux 2012 de Londres?

Un grand bravo pour vos travaux et merci de vos recherches.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 01/02/2012 à 14:50

Bonjour,

Nous nous sommes reportées aux informations divulguées sur le site London 2012 mais tout juste avons-nous trouvé des explications sur la signification de l’origine de la flamme olympique :

La flamme et le Relais sont nés avec les Jeux antiques et étaient des éléments importants des festivals culturels entourant les Jeux Olympiques de la Grèce antique.
Le premier Relais de la flamme olympique des temps modernes a eu lieu aux Jeux de Berlin 1936 et était basé sur les cérémonies anciennes. L'importance du rituel et l'appel à la paix qu'il représente sont toujours respectés dans le Relais de la flamme moderne
(sur ce sujet voir également le site olympicschool.ca).

Néanmoins, l’inspection académique de Seine-Maritime dans son dossier pédagogique sur l’idéal olympique et ses symboles apporte des précisions sur cette flamme :

La flamme est allumée à Olympie (en Grèce, sur le site antique), quelques mois avant l’ouverture des Jeux. Le système d’allumage est conforme au procédé antique : l’utilisation du soleil et d’un récipient concave (miroir parabolique). La flamme est alors obtenue par la réflexion des rayons du soleil au centre du récipient dégageant ainsi une chaleur intense. L’allumage est organisé au cours d’une grande cérémonie au cours de laquelle la grande prêtresse, en tenue d’époque, transmet la flamme au premier relayeur qui tient la torche officielle des Jeux (…) Par précaution, un jour de beau temps avant la cérémonie de l’allumage, une flamme est allumée selon les procédés traditionnels. Elle est conservée dans une lampe de sécurité. En cas de mauvais temps le jour de la cérémonie, la flamme peut être allumée grâce à cette flamme de secours (…) une fois allumée, la flamme ne doit plus s’éteindre jusqu’à la fin des JO. Ainsi, lors des transferts aériens, la flamme est protégée dans une lampe de sécurité. La nuit, elle est conservée dans des vasques spéciales (…) La flamme ne doit pas s’éteindre. La flamme doit résister aux intempéries et aux différents modes de transport (parfois originaux sous l’eau et dans les airs). De même, il faut que la combustion puisse durée pendant toute la durée du relais. Pour cela, de multiples combustibles ont été utilisés pour alimenter la flamme olympique (magnésium, résine, huile d’olive, …). La méthode la plus courante est le recours au gaz. Une cartouche est dissimulée dans le manche de la torche.

Par conséquent, nous avons demandé aux organisateurs si cette dernière solution serait retenue et vous tiendrons au courant de leur réponse si toutefois nous en obtenons une.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact