Question d'origine :

Bonjour, Lors d'une visite dans un musée des métiers anciens, j'ai soumis cette question à notre guide : pourquoi les sabots de bois des paysans sont pointus ? Elle n'a pas su répondre ; or, nous savons que les paysans faisaient peu de cas des considérations esthétiques, le « pratique » étant à juste titre prioritaire. Alors, pourquoi faire des sabots pointus plutôt qu'à bouts ronds ? L'une de mes hypothèses est que cette forme serait inspirée de celle de la proue des bateaux, qui fendent les eaux comme le sabot fendrait les végétaux coupés... Mais cela me paraît léger. Merci de votre éventuelle réponse.

Réponse du Guichet

Avatar par défaut anonyme - Département :
Le 17/06/2005 à 13h09
Réponse du service Guichet du savoir :

Il semble que la pointe du sabot soit une résultante de la technique utilisée pour tailler le sabot ; elle qualifie le style de l'artisan, aussi bien que la provenance géographique de l'objet. La très grande pointe des sabots fabriqués en Ariège ajoute une fonction symbolique au sabot.

Dans l'ouvrage Métiers oubliés :
Le sabotier choisit son arbre à abattre durant l'hiver, lorsque la sève est redescendue, ce qui donne une meilleure conservation au bois. Ce peut être du peuplier, du hêtre, de l'érable, du bouleau, de l'aulne, plus rarement du noyer, meilleur bois pour le sabot mais d'un prix plus élevé. Un fois l'arbre débité, le sabotier procède à la fente des bûches ayant la taille des sabots à réaliser. les ayant accouplées par paires sur son billot de bois, il les dégrossit à l'aide de sa hache à bücher et de son herminette, appelée aussi asseau. Il passe ensuite à la taille. Son paroir est une grande lame, fixée par un anneau à une extrémité de son établi, qu'il meut à l'aide d'une poignée en bois. Tenant solidement le quartier de bois de la main gauche, il actionne obliquement son paroir de la main droite dans un mouvement descendant d'arrière en avant. Il présente à la lame de son outil les différents côté de la bûche. La semelle prend forme et le pointu apparaît sous les attaques du tranchet. C'est l'opération la plus délicate, car les deux sabots doivent être de taille identique. Cette symétrie se fait à l'oeil, tant l'expérience et la dextérité sont grandes chez l'artisan.

Dans Les Gagne-misère, petits métiers oubliés, il est précisé que :
Rien qu'en observant un sabot, un homme du métier devinait d'où il provenait et qui l'avait créé, chaque sabotier possédant sa facture propre.

Enfin, Les Métiers d'autrefois :
Dans la vallée de Bethmale en Ariège, les sabots sont sculptés avec d'extraordinaires pointes effilées et tout cloutés de cuivre. Ils sont particulièrement difficiles à réaliser, le choix du bois (une racine fourchue, de hêtre ou de châtaignier) étant essentiel.
Ce sabot était porté aussi bien par les petites filles que par les femmes mais il constituait un cadeau rituel de fiançailles. Plus l'amour du fiancé était grand, plus la pointe des sabots qu'il offrait devait être longue...


Les Sabots de Bethmale

user posted image

DANS NOS COLLECTIONS :

Ça pourrait vous intéresser :

écrou-écrouer

La vie de château

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire