Question d'origine :

Bonjour, Pourquoi les voitures hybrides ont souvent une grosse cylindrée de moteur thermique? Cela paraît contradictoire ! Merci cordialement

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_sci - Département : Sciences et Techniques
Le 10/07/2020 à 08h22
Réponse du département Sciences et techniques

Bonjour,

Dans le domaine des voitures dites "propres", on distingue la voiture hybride (une thermique à assistance électrique) de l’hybride rechargeable (dont la batterie est non seulement alimentée par l'énergie cinétique, mais également par les recharges réalisées sur une borne électrique).

La voiture hybride est un « véhicule automobile faisant appel à deux types d'énergie embarqués pour se mouvoir, dont l'un est de nature électrique (électrochimique ou électrostatique). L'architecture la plus répandue pour ce type de véhicule hybride associe un moteur électrique à un moteur thermique, généralement à essence. » (source : Automobile hybride électrique, sur Wikipédia)

Les puissances du moteur électrique et thermique se cumulent mais ne s’additionnent pas forcément :
« Un moteur ne développe pas une même puissance sur toute sa plage de régime (on dit qu'un moteur a X chevaux à X tours/min, puissance qui devient différente à Y tous/min). Donc quand deux moteurs sont cumulés, la puissance maximale n'atteindra pas la puissance maxi des deux moteurs. Exemple : un thermique de 200 ch à 3000 t/min cumulé à un électrique de 50 ch à 2000 t/min, ne pourra pas donner 250 ch à 3000 t/min puisque le moteur électrique avait sa puissance maximale (50) à 2000 t/min. À 3000 t/min, il ne développera peut-être que 40 ch, donc 200 + 40 = 240 ch. » (Source : Fonctionnement des voitures hybrides, sur Fiches-auto.fr)

Une voiture hybride n’est pas nécessairement une voiture peu puissante : le marché automobile a su s’adapter à la demande (d'ailleurs en plein essor) et propose une offre de plus en plus étoffée, de la petite citadine aux véhicules puissants ou luxueux (berlines, sportives, SUV…). Certaines « grosses cylindrées » peuvent donc allier puissance et émissions de CO² réduites.

Concernant le moteur hybride rechargeable, certaines voix s’élèvent pour dénoncer un contre-sens économique et écologique. Dans une tribune publiée dans Le Monde du 3 octobre 2018, l'économiste Dominique Chauvin s’interrogeait : « Doit-on vraiment subventionner ces hybrides qui en général sont des grosses cylindrées, souvent luxueuses, ne présentant qu'une apparence écologique, comme la Porsche 911 hybride rechargeable par exemple ? […] Est-ce une bonne gestion de l'argent public? Prépare-t-elle bien l'avenir et dans la bonne direction? N'y a-t-il pas un meilleur usage à faire de ce financement, comme par exemple investir dans le déploiement de bornes de recharge rapide pour véhicules 100 % électriques? […] Quelle garantie le législateur aura-t-il que l'utilisateur de [cet hybride rechargeable] recharge bien son véhicule pour en disposer en mode électrique à chaque fois qu'il aura épuisé son maigre capital de 50 km? La tentation peut être grande de laisser le moteur thermique s'en charger, par oubli ou manque de temps... […] Il faut de plus noter que même s'il réduit sa consommation, [l’hybride rechargeable] consacre le pétrole pour longtemps comme carburant de la mobilité. Les constructeurs ne feront pas baisser ainsi substantiellement le prix du brut à terme, en tout cas pas autant que ne le ferait un véhicule 100 % électrique. En ne contribuant pas à éradiquer le pétrole pour la mobilité à moyen terme, [l’hybride rechargeable] s'inscrit donc dans la poursuite de la dégradation du climat. »

Par ailleurs, selon Patrick Coroller, directeur Air et Transport de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), une institution française dépendante du ministère de l'écologie, « les solutions hybrides ne sont pas pertinentes et ne soutiennent pas la comparaison par rapport aux dernières générations de véhicules purement électriques utilisant des batteries à haute capacité de stockage ». Toujours selon lui, « les solutions d'hybride essence et à plus forte raison Diesel ne sont pas adaptées aux marchés des prochaines décennies et, sur un plan environnemental, seule la voie de l'hybride rechargeable mérite un soutien à condition de maintenir une origine très majoritairement non polluante de l'électricité ». (source : Automobile hybride électrique, sur Wikipédia)

Pour aller plus loin
Volt ! la voiture électrique sauvera-t-elle le monde ? / Serge Enderlin / Seuil, 2012
Histoire de la voiture électrique et de ses constituants / Adrien Foucquier, Yves Thomas / ISTE éditions, 2017
Technologie fonctionnelle de l'automobile : Le moteur et ses auxiliaires / Hubert Mèmeteau, Bruno Collomb / Dunod, 2019

Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire