Question d'origine :

En 1835, un avocat propriétaire à Lyon veut construire un pont sur le Rhône entre Irigny et Feyzin. Par qui était-il mandaté ?

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_reg - Département : Documentation régionale
Le 21/07/2021 à 14h22
Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

Une question très similaire à la vôtre a déjà trouvée une réponse sur notre site : Pont de Lyon.

On y apprend qu'il était courant à l'époque que la construction d'un pont soit entreprise par un particulier. Les cordes en fil de fer remplace les cordes traditionnelles dans la construction des ponts suspendus, qui sont amené à remplacer rapidement les ponts de bois, difficiles à construire, peu fiables et dangereux pour la circulation des bateaux, entre 1800 et 1840. Ces nouveaux ponts peuvent représenter un investissement confortable pour un particulier amené à gérer la perception d'un droit de passage sur son propre pont.

pendant un peu plus de 200 ans pratiquement toutes les constructions de ponts furent du domaine privé ou semi-privé comme dans le cas des Hospices. L’Etat et la ville manquent de moyens financiers et préfèrent se décharger, par des concessions accordées par lettres patentes, sur des personnes ou des compagnies pour faire des ponts ou des bacs à traille et la compétition entre les divers bâtisseurs sera même parfois fort âpre, car les bénéfices, quoiqu’ils en aient dit, devaient être intéressants.

Nous avons cherché dans la presse du XIXème siècle des références à un maître Bonnet, éventuellement à l'origine d'un tel projet, mais en vain.

Un Bonnet intervient bien dans la construction d'un pont destiné à relier Fourvière à la Croix-Rousse, mais il s'agit de l'ingénieur en chef de la voirie, et il officie à la fin du siècle : « En 1865, le sieur Drevet offrit de mettre à la disposition de l'Administration un projet de pont en arc de triomphe, destiné aussi à relier les coteaux de Fourvières et de la Croix-Rousse. Enfin, l'ingénieur en chef de la Voirie, sous l'empire, M. Bonnet, avait rédigé lui-même un projet de pont fixe métallique dont les détails d'exécution avaient été- même discutés avec le Creusot. » source : La Construction lyonnaise N°21, Déc 1888

Rien non plus dans les quelques ouvrages sur le fleuve consultés (La mémoire du Rhône, Le Rhône autrefois, ...)

Ce type de question très précise et peu susceptibles de faire l'objet d'une monographie ou même d'un article de presse, correspond malheureusement peu aux fonds documentaires d'une bibliothèque. Elle a davantage de chance de trouver une réponse aux archives départementales du Rhône, par le biais des adjudications et autorisations de construction, ainsi que le précise la réponse à laquelle nous faisons référence plus haut.

DANS NOS COLLECTIONS :

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire