Question d'origine :

Bonjour, Je suis assez curieux de savoir comment les bibliothèques font face à la notion d'illectronisme. Tant au niveau des usagers de la bibliothèque (banque de prêt, moteur de rechercher, activité en ligne, ...) que des gens en général : peut-être existe t-il des clubs ou des ateliers pour apprendre à se servir de tel ou tel logiciel, remplir des formulaires en ligne ou même envoyer un mail.. Mais pour quel(s) public(s) ? Et avec la situation actuelle et le passage généralisé au numérique, il y a peut-être des personnes laissées de côté si elles ne savent pas se servir d'un ordinateur (ou smartphone ou tablette) Et aussi au niveau des bibliothécaire même ! Est-ce que tous maîtrise les outils numériques ? Est-ce qu'il existe des formations ? Est-ce que l'illectronisme est une préoccupation pour la majorité des bibliothèques ou est-ce encore une question mineure ?

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_et - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 26/03/2021 à 09h30
Bonjour,

Dans l’article Les bibliothèques au service de l'inclusion numérique (2020), Malik Diallo constate que « Treize millions de Français ne maîtrisent pas le numérique alors que les services dématérialisés sont de plus en plus nombreux. »

Les bibliothèques ont, parmi leurs missions, celle de faciliter l’accès du public aux outils numériques.
Si nous prenons l’exemple de la BmL, ce sont en particulier les espaces numériques qui remplissent cette mission : en donnant accès au matériel informatique, mais aussi en jouant un rôle de médiation en proposant des ateliers d’initiation, ou des sessions d’autoformation. Les agents peuvent aussi être amenés à accompagner les usagers ponctuellement, par exemple dans le cadre d’une démarche administrative en ligne, la mise en page d’un CV…

Ces services s’adressent à tous les publics. Comme le précise Malik Diallo :

« Les bibliothèques s’impliquent dans l’inclusion numérique en tant que lieux de culture et de loisirs, par une offre de contenus et de services culturels aux habitants.
Elles s’adressent aux individus au-delà des problèmes sociaux ou d’ordre informatique. L’objet de la bibliothèque, ce n’est pas la difficulté sociale ou l’interface entre une administration et un individu en difficulté, c’est bien un service culturel offert à tous, neutre. La bibliothèque, c’est aussi un lieu dans lequel il est possible d’entrer sans que personne ne vienne vous demander ce que vous venez y faire, et où il est possible de solliciter un personnel qualifié et disponible. C’est sans doute une des forces des bibliothèques que d’être généralistes et peu « étiquetées », de sorte qu’il est possible d’y faire nombre d’activités : de la démarche administrative à des pratiques de jeu, de lecture, d’écoute, de travail, en passant par le simple usage des toilettes ou d’un point d’eau. Si nombre de personnes viennent en bibliothèque pour réaliser des démarches informatiques par exemple, ce n’est pas forcément que la bibliothèque a construit un service dédié, ou qu’elle est complètement armée pour le faire, mais c’est aussi parce qu’elle possède l’équipement minimum et l’accueil nécessaire qui font dire à chacun qu’il est possible d’y trouver une aide, souvent apportée en fonction des demandes. C’est une force qui oblige et qui conforte le rôle des bibliothèques comme point d’entrée, comme carrefour pour beaucoup de personnes. »

L’engagement des bibliothèques dans la lutte contre l’illectronisme n’est pas nouveau. En 2000, Jérémie Desjardins publiait dans le BBF Les bibliothèques contre l'« illectronisme », où il rendait compte des débats d’une table ronde sur ce sujet.

Plus récemment en 2020, Carole Duguy, notre ancienne collègue à l’espace numérique de la BmL, et actuelle référente numérique et cinéma du Réseau des médiathèques-ludothèque en Loire Forez, revient sur son expérience de la médiation numérique en bibliothèque. Elle y retrace notamment l’historique des espaces numérique à la BmL, créés à la fin des années 1990 sous le nom d’espaces publics numériques (EPN), tout en présentant les enjeux et les défis de la médiation numérique en bibliothèque, y compris la nécessité pour les agents de s’adapter régulièrement aux nouveaux outils.

Si vous souhaitez approfondir le sujet, voici quelques ressources complémentaires qui pourraient vous intéresser :

Numérique et inclusion en bibliothèque : jusqu’où aller ? Marie Cinotti, Florent Gonsalès, Thierry Léonard

Médiation numérique dans les bibliothèques: Enjeux et/ou défis pour les bibliothécaires? Hong Lam Nguyen (mémoire)

L'illectronisme ne disparaîtra pas d'un coup de tablette magique ! senat.fr

Stratégie nationale pour un numérique inclusif - le rapport

Des articles sur la médiation numérique dans archimag.com

Des billets sur l’inclusion numérique sur le site de la BPI

La bibliothèque, ce lieu qui se réinvente avec le numérique, mediation-numerique.fr


Nous n’avons malheureusement pas trouvé de compte-rendu de la journée d’étude qui s’est tenue le 11 février dernier par visioconférence : L’illectronisme en bibliothèque : l’usager tu accompagneras ?


Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

Ça pourrait vous intéresser :

Homoparentalité

Lesbos

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire