Question d'origine :

Les Burgondes et Pierre-Scize : Bonjour à vous tous ; Au nord de Lyon, se trouve le défilé de Pierre-Scize, promontoire rocheux impressionnant, qui surplombe la rive droite de la Saône. Sur cette barre rocheuse à une cinquantaine de mètres de hauteur, fut construit le Château de Pierre-Scize (Il est terminé en 1208). Un escalier de deux cents marches taillé dans le roc relie le château à une porte fortifiée située en contrebas. Appelée Porte de Pierre-Scize, puis Porte de Vaise au XVIIe siècle (d'après J.-J. de Boissieu) elle fermait complètement le passage entre le roc et la rivière. Sa haute toiture était terminée par une arête aigüe, deux échauguettes en pierre, une lucarne triangulaire et de longues ouvertures pratiquées au-dessus de la voûte servaient pour la manœuvre des bras du pont-levis. C’est à cet endroit que se trouvait l’entrée de la ville et où se faisaient à une certaine époque la plupart des entrées royales selon un cérémonial préparé de longue date. (Il est bon de noter qu’au cours des temps ces portes d’entrée de la ville ont été déplacées trois fois d’endroit au fil des extensions successives des limites de la ville). Nous pouvons lire : ▬ Selon F.Cuaz. Dès la première moitié du XIe siècle un donjon y aurait été construit. Une construction existe de manière certaine en 1099, car l’archevêque Hugues y réunit un concile régional. ▬ Au XIème siècle, l’archevêque Humbert fait ériger une forteresse sur le promontoire, en rive droite du défilé de Pierre-Scize, que son successeur Renaud de Forez (1193-1226) fait agrandir et qui devient la demeure permanente de l’évêque. Etc…etc… Sauf que : On trouve aussi quelques rares textes, peu précis, qui tendent à démontrer qu’il existait un vieux castellum Romain puis Burgonde avant le XIe siècle. (Où l’archevêque Humbert fit ériger cette ‘’première’’ forteresse). ▬ La première forteresse est construite au Xe siècle alors que Lyon est aux mains du royaume de Bourgogne et que l’Église prend un rôle considérable. ▬ Le Château de Pierre-Scize passe pour avoir été la résidence des premiers rois Burgondes. - p127 Le confluent et la croisée de Lyon - Persée ▬ Le château de Pierre-Scize fut la résidence des rois Burgondes, et aussi leur atelier de Monnayage. On a retrouvé dans la Saône, au pied du rocher portant le Château, quantité de monnaies d’or, d’argent et de bronze frappées à l’effigie et au monogramme des rois Burgondes Gondebaud, Sigismond, Godomar. ▬ Le roi Burgonde avait établi, dans le burg qui couronnait le rocher de Pierre-Scize son palais et son atelier monétaire. Cette période des rois Burgondes à Lyon étant très mal connue, et peu renseignée. Que pouvez-vous me dire sur Pierre-Scize et les Burgondes ? Merci de votre réponse. nafnaf (de Bretagne)

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_et - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 27/07/2021 à 08h31
Bonjour,

Sur la forteresse de Pierre-Scize et son lien avec les Burgondes, voici ce que nous lisons en p. 26 (vue 34 dans Numelyo) de la Notice sur le Château de Pierre-Scize à Lyon qui suit le Calendrier historique et anecdotique de Lyon pour l'année 1829 :

« On attribue généralement à Renaud de Forez, un de ses prélats, mort en 1226, la construction du château de Pierre-Scize. Nous avons lieu de croire qu’il n’en fut que le restaurateur, et que sa fondation remonte aux Romains. Menestrier (Hist. Com., p. 351) assure qu’il avait servi de demeure aux anciens rois de Bourgogne, et Poullin de Lumina (Hist. De l’Egl. de Lyon, p. 197) prétend que l’archevêque Hugues avait assemblé en 1099, dans ce même château, un concile composé des évêques de sa province, auquel il avait invité Daimbert, archevêque de Sens à se trouver. Ces autorités établissent déjà que l’origine de cette forteresse est antérieure à Renaud de Forez ; sans doute que les augmentations qu’il y fit, étaient tellement considérables, qu’on l’en a considéré le fondateur Ce qu’il y a de certain, c’est que depuis cet archevêque le château devint le domicile de ses successeurs ; ils ne fréquentèrent le palais qu’ils avaient près de l’église cathédrale, que dans les fêtes solennelles. »

Vous pouvez consulter l’ensemble de cette notice en ligne sur Numelyo.

Nous retrouvons l’extrait d’un ouvrage de Menestrier mentionnant Gondebaud et le château de Pierre-Scize dans la thèse de Charles-Henri Eyraud Horloges astronomiques au tournant du XVIIIe siècle : de l’à-peu-près à la précision :

« Tout cela fait partie de notre histoire puisque c’est en cette ville que ces choses se passèrent
sous le règne de Gondebaud qui y faisait sa résidence. Il ne nous reste cependant aucun vestige de l’endroit où était le palais de ce prince il y a beaucoup d’apparence que ce devait être le château de Pierre Scize puisqu’il devint la demeure de nos archevêques ce qui ne pouvait être que parce que ce château avait fait partie des anciens Rois de Bourgogne dont la succession fut dévolue à nos Prélats. »


Malheureusement la BmL possède peu d’autres documents écrits sur le Château de Pierre-Scize. Ceux-ci ne s’intéressent au château qu’en tant que prison et ne semblent pas s’attarder sur son histoire. Par ailleurs, certains étant actuellement conservés aux archives départementales, nous n’avons pas la possibilité de les consulter.


Voici néanmoins ce que nous pouvons lire dans l’ouvrage d’Alphonse Gacogne, Histoire des Bourguignons et de leur établissement dans le Lyonnais, également disponible dans Numelyo :

« V. Aspect général de Lyon

Les Romains avaient construit leur ville sur la colline de Fourvière ; mais elle avait été si cruellement saccagée par Sévère qu’une grande partie des habitants quittèrent la hauteur pour venir s’établir sur les bords de la Saône et du Rhône, où déjà s’étaient élevées un grand nombre de constructions, à cause de l’avantage qu’offraient pour les transports les bords des fleuves.
Lyon prit quelque splendeur sous les rois bourguignons ; elle jouit d’une paix constante et le commerce y devint actif.
La ville occupait alors toute la ligne des coteaux depuis St-Just jusqu’à Pierre-Scize, où Gondebaud avait fait construire un château-fort. La rive droite de la Saône limitait l’ancienne ville ; la nouvelle commençait à grouper ses habitations régulières autour de Saint-Nizier, et occupait l’espace compris entre la place des Terreaux et les Cordeliers. »
(Vue 32 : p.28)

Dans Les ducs de Bourgogne : le rêve européen, l’historienne Renée-Paule Guillot mentionne aussi que Gondebaud a établi sa cour à Pierre-Scize, mais sans donner plus de détails.

Nous trouvons une autre mention, sans détails non plus, dans l’article d’Amable Audin Le confluent et la croisée de Lyon, Géocarrefour, Année 1947 22-1-4 pp. 99-130 : « le château de Pierre-Scize […] passe pour avoir été la résidence des premiers rois burgondes ».

La recherche que nous avons effectuée dans la base Isidore ne nous a pas permis de trouver d’autres éléments…


Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire